`` gudrun;
AccueilAccueil  FAQFAQ  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

`` gudrun;

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage


Invité

MessageSujet: `` gudrun; Dim 8 Jan - 1:45


❝VON BAUER GUDRUN APHRODITE❞
☎ 18 ans • née le 16 août 1980 • Stagiaire au Ministère de la Magie • Slytherin 7th year • Sang-Pure • Immensément riche • Ex-Slytherin ☎
ETIQUETTE ►
Aphrodite von Bauer est, la majeure partie du temps, vue comme une élève studieuse et généreuse pour bon nombre de ses enseignants. C'est une jeune fille brillante, s'impliquant déraisonnablement dans ses études, et faisant tout pour se tenir en tête d'affiche le plus longtemps que possible. Hors, pour d'autres, elle apparaît comme une peste sans coeur, à l'humour cynique fort louche, et aux paroles acerbes. Aphrodite n'a jamais réellement apprécié l'option facultative prise en troisième année, l'étude des Moldus. Elle ne s'y était d'ailleurs inscrite que pour pouvoir rigoler un peu, et se moquer de l'enseignant qui prenait en charge cette matière. Lui seul, est apte à la voir comme une élève vraiment désobligeante et mal élevée. En-dehors de Poudlard, de la classe populaire et pro-Mangemorte dont elle fait partie, Aphrodite porte l'étiquette d'opportuniste. Aimant se mêler de tout, y ajouter son grain de sel, et n'en faire qu'à sa tête, elle n'a aucune limite, et cela, ses proches l'ont bien retenus. Elle est vue comme une potentielle et future partisane du Lord, trempant dans la Magie Noire très facilement, et ayant des fréquentations très douteuses. Ce qui est en un sens, très vrai.

FAMILLE (ORIGINE, NATIONALITE). CONVICTIONS, ET IDEAUX ►
Aphrodite vit le jour dans une famille de nobles sorciers de sang nordique. Sa mère, Anja, de sang russe-allemand, descendante du feu mage Grindelwald, et son père, Armand von Bauer était un sorcier d'origine autrichienne, de bonne famille et très fortuné. Ils vécurent tous deux à Vienne, en Autriche durant pratiquement toute leur vie, avant de partir pour l'Angleterre après la naissance de leur premier enfant Aphrodite. Un secret entoure néanmoins la naissance de la jeune fille, celui du véritable géniteur, qui ne serait autre qu'un sorcier de sang pur Britannique, fruit d'un bref adultère, ainsi que le souvenir d'un voyage en Grande Bretagne. Fervents défenseurs de la cause du Seigneur des Ténèbres, la famille von Bauer demeure semblable à tant d'autres, puissante, arrogante, fière et bourrée de préjugés.

TRAITS DE CARACTERE ►
AVARE →
PUISSANTE →
ORGEUILLEUSE →
ARROGANTE →
PURE →
MEURTRIERE →
IMPULSIVE →
TENACE →
STUDIEUSE →
SENTIMENTALE →
SECRETE →


MANIES ET TICS/TOCS, SIGNES PARTICULIERS ►
Aphrodite est une femme que l'on jugerait aux premiers abords, quelque peu folle. Elle a la fâcheuse manie de tout répercuter sur son nom, et à généraliser les problèmes dont elle se trouve elle-même confrontée pour y impliquer d'autres personnes. Impulsive, n'ayant que très peu de patience, la jeune fille prend vite une cible, et un bouc-émissaire par pur plaisir, afin de s'y défouler librement, le réclamant comme entièrement "sien". Une fois contrariée, il lui arrive de mettre le feu à une pièce, un objet, ou bien à autre chose pour retrouver son sang-froid. Grâce à l'héritage génétique de son arrière grand-père, Aphrodite, tout comme chaque descendant de cette ancienne lignée, à hérité du don de métamorphoser son corps à loisir.

PATRONUS ►
Ayant déjà pratiqué ce sortilège par le passé, ce qui sort de la baguette de la jeune fille en une opaque fumée argentée est un aigle royal.

EPOUVANTARD ►
Cette chose prend habituellement la forme de son propre corps mutilé, réduit en charpie et ayant perdu de sa beauté.

MIROIR DU RISED ►
Dés que les pupilles bleus-verts de la jeune fille se posent sur ce majestueux miroir, ce qu'elle y voit n'est rien d'autre que son propre reflet, en beaucoup plus belle, blonde, somptueuse et fort riche ; entourée de nombreux adorateurs, tous la vénérant comme la Déesse qu'elle est devenue. Elle se voit courronnée, brillante, et dîplomée avec mention, ainsi qu'immortelle. Douée en sorcellerie à un point que personne d'autre n'est capable de lui arriver à la cheville, pas même le Seigneur des Ténèbres. Et contre toute attente, son ancien professeur d'études des moldus à ses genoux, une bague dans un écrin, la suppliant de lui accorder son pardon, ainsi que sa main.

BAGUETTE MAGIQUE ►
Aphrodite dispose d'une baguette longue de 27,5 centimètres, en bois de chêne, et avec un cheveu de Vélane en son sein.


Ø les moldus – la viande rouge – l'humiliation – la trahison – la compassion ou la pitié – les sangs de bourbes et autres traitres impures – qu'on l'insulte, elle, ou sa noble famille – les sentiments éprouvés pour Simon Foster – sa soeur cadette Charity – l'ordre du Phénix – les Weasleys – Harry Potter – ne pas être invitée à un dîner – l'amour.
la loyauté – le feu – tuer pour une cause idéologique – les contes des frères Grimm (seuls artistes moldus qu'elle apprécie quelques peu) – son arrière-grand père Grindelwald – son serpent apprivoisé appelée Alston – son vénéré père adoré – le Seigneur des Ténèbres – faire ses preuves – les tartes au citron meringuées – le quidditch – la neige – les potions et les arts obscurs – son héritage – martyriser et éventrer des petits animaux sans défense – se laisser aller.
❝I. STORYBOARD


« Descendants de ma noble famille, héritiers d’une génération maudite, et vouée à la lutte sociale, financière, magique, sanguine et incestueuse. Dés l’instant où vous ouvrirez ce parchemin, vous saurez la vérité. Votre vie entière, à vous, mes progénitures de siècle en siècle, sera condamnée. Nous ne trouverons le repos que lorsque la mission de notre famille toute entière sera achevée. La mise à mort de tous les êtres nous étant inférieurs, et polluant notre monde. Les nés Moldus. Des abominations que vous devrez de punir, de ramener à leur place, celle qui leur est droit. Là est l’ambition de la vie que j’ai menée, dans l’obscurité, les ténèbres, et la vengeance. Ces êtres m’ont humilié, et il est de mon devoir de faire cesser cela, et d’aspirer à ramener les sorciers de Sang Pur de ce côté, de notre côté, car nous sommes tous une grande famille. Chaque Sang Pur se trouve être plus ou moins lié d’une quelconque façon à un autre. Profitons de cet échange, de ce destin, de n’être qu’un. Et tous ensembles, nous vaincrons. Nous récupérerons notre monde.

Mais plus important, descendants, ce que vous avez dans votre sang, est unique et précieux. Il vous confère un pouvoir, légué par nos ancêtres de l’Est. Dés votre seizième anniversaire, le soir même, ce pouvoir pénétrera dans votre corps, vos veines, et de part la souffrance, vous obtiendrez ce cadeau ancestral. Il vous donnera la force de vous métamorphoser, en l'être que vous désirez, de modifier votre corps à loisir. C’est un don que vous hériterez tous, et que vous devrez cacher, contrôler, et ne pas en abuser. Cependant, l’utilisation de cette magie ancienne vous épuisera facilement, vous contraindra à ne pas rester sous cette forme des journées entières. La fatigue se laissera ressentir, et vous devrez raisonnablement dormir, après chaque utilisation. Prenez soin de mon héritage, je vous fait confiance.

Gellert Grindelwald, premier du nom. »




i.


Au petit matin dans une demeure située en Autriche, une jeune enfant vit le jour. Une charmante petite fille, blonde, aux yeux bleus-verts. Elle souriait, et affichait cette mine boudeuse, si attrayante, à un point que les parents ne pouvaient la délaisser, ou ne pas fondre devant ce regard si expressif, et pénétrant. Comme du cristal. Elle scintillait.

Aphrodite Gudrun von Bauer.

Cette jeune fille, leur causerait bien des soucis, mais ferait à la fois la fierté de son père, et la souffrance de sa mère, morte quelques années plus tard, tuée par des Aurors.

Aphrodite ne digéra jamais cette perte, et ne pouvait que détester ces hommes, ces fameux justiciers, de lui avoir ôté la plus belle chose qui existait dans sa vie, sa mère. Ses parents étaient Mangemorts, à une heure où le Seigneur des Ténèbres régnait en maître absolu sur le Monde Magique. Armand von Bauer était un de ses plus loyaux fidèles, et ne résistait devant personne, combattant avec ferveur au nom du Seigneur, jusqu’au jour où ce dernier s’éteint de toute vie. Il disparût. Soi-disant tué par celui que l’on appellerait le Survivant.

Quel malheur.

Armand, craignant pour sa famille, et ses deux filles, Aphrodite et Charity, décida de trahir le Lord, avec difficulté. Il prétexta avoir agit sous le sortilège de l’Imperium, tout comme Lucius Malefoy. Après maintes et maintes délibérations, on crut son histoire, et on lui permit d’exercer ses fonctions au sein du Ministère, et de vivre, dans son manoir de Londres, auprès de ses proches, une fois que la demeure fut intensément fouillée. Ils ne trouvèrent rien de compromettant, tout simplement parce qu’Armand fut le plus malin de tous. Il cacha tous ses objets, livres, et autres grigris de Magie Noire vers l’Est, dans la terre de ses ancêtres. Armand ne conserva que cette simple lettre, celle de Grindelwald premier, ayant appartenue à sa défunte femme adorée, comme simple héritage.

Très jeune, sa petite fille préférée fut l'aînée, il la sentait plus propice à ce qu’il s’apprêterait à lui apprendre plus tard…et il n’en eut la confirmation qu’à ses huit ans. Une année, qu’Armand n’oublierait jamais.

Dors, petit chat, dors, souffla une voix de fille, près d’une baignoire.

Elle lui sourit, telle une démente.

Ses petites couettes de cheveux blonds clair, bouclés élégamment tenus par des nœuds en soie pourpre, virevoltèrent légèrement sous ses pas. Elle portait une robe charmante en dentelle et en velours noir, ainsi que des collants de satin de soie blancs, et des petites chaussures vernis noires assorties à la tenue.

Elle laissa tomber le chat dans la baignoire remplie d'eau tiède, et le contempla entrain de se noyer, progressivement, petit à petit...jusqu'à ce que ses yeux se gorgent d'eau, et que ses miaulements plaintifs finissent par faire froid dans le dos.

Aphrodite avait laissé le chat de la famille mourir, l'avait observé sadiquement, juste pour " voir " ce que cela pouvait lui faire...Lorsque Armand apprit la vérité, il ne cilla pas, ne réagit même pas. Le patriarche de la famille s'était contenté de sourire.

La petite était douée.


ii.


Un rire éclata dans l’air, un rire froid, traînant, et d’une malveillance à l’état pure. La silhouette élancée, au teint pâle, et à la chevelure claire comme de l’or fit volte-face afin d’effleurer délicatement la manche d’uniforme de Katherine Enfield, sa condisciple de Slytherin. Ce fut à cet instant précis, que l’élève de la maison des rouges et ors, les poings encore tremblants d’humiliation, et secoué par les brimades de ses camarades, se releva péniblement. Les autres ne faisaient guère attention à lui pour le moment, bien trop préoccupés par les moqueries doucereuses qui émanaient toutes d’Aphrodite. Il grimaça, frustré, et se décida d’agir. Il empoigna sa baguette magique et l’agita avec force en direction de la vipère blonde, les lèvres pincées.

Hé, von Bauer !, siffla le Gryffindor, les oreilles écarlates, IMPERDIMENTA !
- Protego ! »

La réplique de la blonde agit en lui comme un électrochoc. Une impression de bouclier argenté, fait d’éclair et de fumée d’une teinte translucide, presque immaculée, émana de la baguette de la Slytherin, la protégeant ainsi des attaques de son interlocuteur. Pétrifié par la rapidité de cette fille de cinquième année, il recula peu à peu, dans l’espoir de prendre la fuite, jusqu’à ce que sa cheville ne s’accroche à une branche morte d’un arbre qui trônait tout près d’eux. L’élève s’effondra piteusement sur l’herbe fraîche, et légèrement humidifiée par les gouttelettes de pluie qui commençaient à tomber.

La réaction du camp ennemi ne se fit pas attendre. Tous se mirent à ricaner mauvaisement, tous, à l’exception d’Aphrodite von Bauer, qui fulminait d’une rage dévastatrice.

Alors, gamin, tu veux jouer au plus rapide avec moi ? railla Aphrodite, sa baguette, fièrement dressée en direction du petit de deuxième année. Elle entreprit de marcher jusqu’à lui, les pans de sa courte jupe plissée noirâtre se glissant entre ses jambes fines. Hum – on va bien rire, tu vas voir mon petit. Ses lèvres rosées s’étirèrent en un sourire mesquin, presque dément. Une lueur de folie scintilla dans le fond de ses pupilles bleues-verts. Et l’attaque fut automatique. Endoloris.

Tandis que le jeune garçon se pliait de douleur, allongé dans l’herbe humide, elle éclata de rire, au même titre que ses camarades. Il criait, gémissait, tel un petit animal qui aurait été prit d’une balle venant d’un chasseur. Une biche blessée. Un renard humilié. Cela la divertissait tellement, qu’Aphrodite ne pu contenir son rire moqueur. On le lui faisait souvent subir, ce sortilège, comme bon nombre d’enfants de Mangemorts, afin de – d’apprendre à résister à ce genre de maléfice. Le résultat était certes bluffant, mais douloureux, intensément, et conduisait généralement à le jeter sur d’autres cibles beaucoup plus faibles pour se dispenser de l’humiliation, et d’exorciser sa peine.

Aphrodite, c’est pas que je voudrais gâcher ton plaisir mais…Arrête là, il pourrait le répéter et tu finiras à Azkaban ! l’avertit une brune, légèrement névrosée, et craintive de l’état misérable du petit garçon qui se tordait d’une douleur inhumaine à leurs pieds.
- Ah mince, j’y avais pas pensé – »

Et sans un mot supplémentaire, elle fit cesser le sortilège, pour en lancer un autre. Oubliettes. Au bout de quelques secondes, le garçon rouvrit les yeux, encore secoué par d’étranges spasmes dont il ne saurait déterminer l’origine. Il leva ses yeux bruns vers les quatre étudiants de cinquième et de sixième année, et se frotta négligemment les cheveux, avant de prendre pour appui une écorce d’arbre.

Que…que s’est-il passé ? Je suis tombé ? J’étais venu ici pour réviser le devoir de Potions du professeur Rogue quand…Que…Qui êtes vous ? Vous êtes à Slytherin ?

Aphrodite leva la main, lorsqu’une des filles ouvrit la bouche, dans l’espoir de parler. Elle s’approcha du garçon, et tapota son épaule, telle une mère bienveillante.

C’est ça mon petit, nous sommes à Slytherin. En faite, tu as glissé à cause de la pluie, tu vois – dépêche toi de retourner dans ta salle commune, je suis préfète, et je n’aimerai pas avoir à faire acte d’autorité sur un gamin aussi adorable que toi.

L’interpellé hocha la tête, et remercia timidement la blonde. Il entreprit de courir, et manqua à nouveau de s’écrouler sur l’herbe. Quelques Slytherins rirent de bon cœur, amusés, mais le sourire avait finalement disparut sur le visage d’Aphroditevon Bauer. Elle se promit intérieurement d’être un peu plus sérieuse, la prochaine fois.



iii.


Je-- Par pitié, arrêtez, supplia une voix, au bord de l’évanouissement. Une silhouette de femme trônait au sol, à genoux, les paumes des mains étonnamment pâles et tremblotantes —moites – frôlaient le parquet parfaitement vernis du bureau d’étude. Je n’en peux plus.

Un éclat de voix résonna, froidement. Puis un rire. Glacé. Et un enchantement retenta à la suite, un sortilège toujours plus fort. La jeune femme s’effondra à nouveau au sol, secouée de nombreux spasmes de douleur. Elle se cambrait, se courbait, et se recroquevillait sur le parquet qui baignait d’un sang invisible, en piteux état. Un liquide salé, aqueux vint se loger au bord de ses cils délicats et noirs comme de l’ébène, se gorgeant sous ses iris bleus-verts. La sensation était intensément douloureuse, comme si des épines et aiguilles se plantaient dans sa chair par millions, la faisant hurler comme jamais, comme si ses os se cassaient en deux au fur et à mesure, jusqu’à ce que ses muscles et ses nerfs s’enflamment, se brisent et se convulsent nerveusement, que sa peau se mettait à brûler, brûler, à petit feu.

Pitié ?

Cingla la voix avec un profond mépris qui lui était propre.

Levez-vous, ordonna-t-il d’un ton autoritaire, en reposant lentement sa baguette magique, brune, sur le bord de son bureau.

L’adolescente obéit, et parvint avec difficulté à retrouver un rythme cardiaque à peu près normal, avant de marcher, dignement, jusqu’à cet homme blond, d’un certain âge mûr, et qu’elle appelait père, depuis son enfance.

Vous savez, mon enfant, que je ne fait cela que pour vous endurcir, n’est-ce-pas ? Il viendra le jour où vous rejoindrez les rangs du Seigneur des Ténèbres, tout comme votre père, votre oncle, et votre défunte mère – paix à son âme. Elle, qui à mourût pour notre cause, notre idéologie ! clama-t-il, en la prenant par les épaules, pour lui offrir un sourire franc, mais sec.

Je le sais, père…Mais la tâche s’avère si difficile, c’est – douloureux.

Ce mot sembla le faire tiquer. Il la lâcha et cracha :

Douloureux ? Douloureux ? Ce n’est en rien douloureux, jeune fille. J’ai connu des choses bien pires que de simples sortilèges de Doloris ! Si vous ne parvenez pas même à vous habituer à cette souffrance, comment réagiriez-vous devant les pires horreurs au combat ? A la souffrance véritable, réelle, et qui n’est point le fruit de votre imagination. Que direz-vous, lorsqu’au lieu d’avoir l’impression de perdre un bas, vous en perdiez un physiquement ?

La fille ne répondit pas, se bornant à rester muette, profondément indignée par les dires de son géniteur. Il avait raison.

Il aurait toujours raison.

Et elle continuerait à résister, et le rendre fier de sa progéniture, comme par le passé, lorsqu’elle déclencha inconsciemment ses pouvoirs magiques, et tua le chat de la famille. Il n’avait pas semblé furieux, non, plutôt honoré, et satisfait. Sa fille était forte, et à son image, c’est tout ce qui lui importait. Une vie misérable détruite, ne l’intéressait en rien. Il n’y avait qu’Aphrodite qui comptait.

Aphrodite avait honte de penser cela, mais elle en viendrait presque à redouter ces soirées pratiques au manoir Von Bauer. Ces heures étaient si calculées, précises, et régulières, que cela ne lui permettait pas de sortir voir ses quelques fréquentations le lendemain, tant elle était exténuée. Les sortilèges Impardonnables que son père lui lançait pour l’entraîner, lui aspirait toute son énergie vitale, et la clouait au lit une matinée entière, jusqu’à l’heure du coucher, où il l’attendait à nouveau, près de son imposant bureau en chêne massif, pour une nouvelle séance d’entraînement.

La jeune femme, une fois relevée, inclina très doucement sa tête blonde en la direction d’Armand von Bauer, et esquissa un demi-sourire, en le voyant afficher ce rictus sympathique à son tour.

Bien, père. Pardonnez mon manque de discernement. Je vais aller me coucher, si vous me le permettez… chuchota-t-elle à voix basse, n’osant faire le moindre mouvement brusque tant qu’il ne lui aurait pas donné son approbation.

Armand sembla réfléchit durant une dizaine de secondes, avant de se décoller du bureau et d’aller trier quelques livres aux couvertures anciennes de son imposante bibliothèque personnelle.

Vous le pouvez, ma fille. Reposez-vous bien. Demain est un grand jour, le Seigneur des Ténèbres voudra vous parler, et il y a de fortes chances pour que – vous puissiez enfin rejoindre ses rangs. Je vous ai préparé à la douleur physique, ne me faites guère honte au moment crucial où il vous marquera, même si cela vous fait mal, n’esquissez aucun rictus. M’entendez-vous ?

Le timbre de sa voix était autoritaire. Armand n’aurait pas accepté les moqueries de ses camarades, si l’on venait à penser que sa fille préférée était assez faible pour crier de douleur. Lui, avait résisté, en se mordant les lèvres jusqu’au sang, jusqu’aux dernières secondes, et il espérait vivement que sa progéniture en fasse de même. La blonde hocha la tête, sans un mot supplémentaire.

Vous serez fier de moi, père.

Puis, Aphrodite quitta la pièce lentement, encore plus cinglée et dépendante de ce traitement qu’auparavant.

☎ Guten Tag ! Appelez moi PEPPERMINT, et plus avec affinité... J'ai dix-neuf ans, et j'ai connu le forum grâce à ma princesse Rabastan adorée. Je le trouve fantastique ! Quant au code... on m’a dit que Voldemort avait vraiment peur du noir et qu'il dort avec un serpent en peluche. Quelle bêtise ! è_é Le Maître est tout puissant ! Pas comme un certain gros Moldu dont le prénom commencerait par un S... *sors la cravache* ☎





Dernière édition par Aphrodite G. von Bauer le Mer 7 Mar - 21:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas


Invité

MessageSujet: Re: `` gudrun; Dim 8 Jan - 9:28

Amberrrrr :mouarf: :exited: en plus une stagiaire au ministère :lèche:

(re?)
Bienvenueeee :pompom:
Revenir en haut Aller en bas

 MODÉRATEUR • Candyman
avatar
− IRL AGE : 25
− REGISTRED SINCE : 11/11/2011
− PARCHMENTS : 246
− DON(S) : avaler un nombre incroyable de bonbons à la suite et sans reprendre sa respiration, s'il vous plait
− RPG AGE : 17 ans
− QUOTE : « Résister et votre âme se rend malade à force de languir ce qu’elle s’interdit. »
− AUTRES COMPTE(S) : Hester C. Prewett


♣ CHARACTER : WHO ARE YOU ? ♣
♦ ORIGINS: né moldu
♦ RELATIONSHIPS:
♦ INVENTAIRE:
J. Camille Stanford

MessageSujet: Re: `` gudrun; Dim 8 Jan - 9:51

Je suis juste trop fan de ta fiche !
Et de ton code, magnifique *w*
Et ta signature...

De tout en fait ! x)

Re-bienvenue Aphrodite (:

_________________

Le poussin a écrit:
Les grandes personnes ne comprennent jamais rien toutes seules, et c’est fatigant, pour les enfants, de toujours et toujours leur donner des explications.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

MANGEMORT • Régisseur du réseau des cheminées
avatar
− IRL AGE : 27
− REGISTRED SINCE : 31/08/2011
− PARCHMENTS : 641
− DON(S) : Legilimencie Niv2
− RPG AGE : 28 ans
− CURRICULUM VITAE : Ex Serpentard, Joueur de Quidditch à ses heures perdues et Régisseur du Réseau de Cheminées — Accessoirement amoureux des voitures et d'une Sang-de-Bourbe, mais faut pas le dire...
− AUTRES COMPTE(S) : Dreylian Yggdrasil — Gamaël Burden — E. Eve Sinclair


♣ CHARACTER : WHO ARE YOU ? ♣
♦ ORIGINS: Sang-Pur
♦ RELATIONSHIPS:
♦ INVENTAIRE:
Icare G. Hadley

MessageSujet: Re: `` gudrun; Dim 8 Jan - 10:26

Re-Bienvenue !! Smile

_________________
Regarde moi. Une dernière fois. Juste avant que. La terre tremble. Dis-toi. Que je serai. De l'autre coté. A t'attendre. M'attends pas sauve-toi. Prends la hauteur de l'altitude. Et si tu vois que mes ailes brulent. M'attends pas sauve-toi. Saisi ta chance. Dis toi. Si tu t'en sort. Que je serai pas mort. Avec regret.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://ryn90.tumblr.com


Invité

MessageSujet: Re: `` gudrun; Dim 8 Jan - 12:59

Rebienvenue ma catin de sous marque !!! <3
Revenir en haut Aller en bas


Invité

MessageSujet: Re: `` gudrun; Dim 8 Jan - 13:43

COMMENT CA TA CATIN ?

Re bienvenue ma belle ♥
Revenir en haut Aller en bas


Invité

MessageSujet: Re: `` gudrun; Dim 8 Jan - 14:00

...mais eu...pas ma vrai catin...allons chérie...
Revenir en haut Aller en bas


Invité

MessageSujet: Re: `` gudrun; Dim 8 Jan - 15:26

Fais gaffe hein ..:canne:
*mode jalouse*
Revenir en haut Aller en bas


Invité

MessageSujet: Re: `` gudrun; Dim 8 Jan - 19:17

Merci à vous tous (L)

Oh mais ne vous inquiétez pas madame Malefoy ! Je ne suis pas la catin de Lucius, heureusement !
Revenir en haut Aller en bas

GRYFFINDOR  • 7ème année
avatar
− IRL AGE : 24
− REGISTRED SINCE : 06/10/2011
− PARCHMENTS : 157
− RPG AGE : 17 ans
− AUTRES COMPTE(S) : Dorea B. Prewett


♣ CHARACTER : WHO ARE YOU ? ♣
♦ ORIGINS: sang pur
♦ RELATIONSHIPS:
♦ INVENTAIRE:
Ginevra M. Weasley

MessageSujet: Re: `` gudrun; Mar 17 Jan - 3:49

J'adore ta sign ♥️ et bienvenuuue Very Happy
Revenir en haut Aller en bas


Invité

MessageSujet: Re: `` gudrun; Jeu 8 Mar - 1:09

Haha j'ai terminé avant Forester ! /o\
Revenir en haut Aller en bas

ADMIN • mangemort, psychopathe en puissance
avatar
− IRL AGE : 26
− REGISTRED SINCE : 10/10/2011
− PARCHMENTS : 452
− DON(S) : legimens; métamorphage - loup; ( non déclaré )
− RPG AGE : 41 years old;
− CURRICULUM VITAE : célibataire; mangemort au sang pur; ex serpentard; père d'une fille de 17 ans;
− AUTRES COMPTE(S) : nada;


♣ CHARACTER : WHO ARE YOU ? ♣
♦ ORIGINS: germanique;
♦ RELATIONSHIPS:
♦ INVENTAIRE:
Rabastan w. Lestrange

MessageSujet: Re: `` gudrun; Jeu 8 Mar - 1:13


“ BIENVENUE SUR MAGIC DECADENCE„

Je vais maintenant modérer ta fiche pour la validation.
Je vois rien à redire à part que...NORMAL QUE TU ES TERMINE AVANT !! Tu avais déjà cette fiche avant ! Tu es donc à nouveau admise parmi nous, bon jeu ma pucette <3



“ FELICITATIONS TE VOILA VALIDE!„
Te voilà officiellement parmi nous, cher ami ! Puis-je me permettre de te guider sur le forum ? Oui ? Parfait. Je suppose que tu as déjà pris connaissance de toute la section Guide du Sorcier. Non ? Ah VADE RETRO ! Tu dois t’y rendre absolument et prendre connaissance des différents sujets ! Ca a l’air long comme ça, mais ce n’est qu’une impression et ça te permettra de bien comprendre l’univers de jeu. Bon…Après ta validation, pense à réserver ton avatar ce serait dommage qu’on te le vole ! Ensuite, ce serait bien que tu te lies, que tu te trouves des amis, des ennemis, et donc que tu crées une fiche de lien. Si tu joues un adulte, ce serait bien de te trouver un job pas vrai ? Alors consulte la liste et fait une réservation ! Puis avec un travail, on a forcément besoin d’un endroit où vivre, pas vrai ? Alors un petit tour par ici te sera profitable.
N’oublie pas que participer à la vie du forum rapporte des points ! Alors, pourquoi ne pas aller t’amuser, relever des défis, et gagner de l’argent ou des points dans la section concours.

Voilà, j’ai fini mon speech ! Il ne me reste plus qu’à te souhaiter un bon jeu parmi nous & à bientôt en rp sur M. D. ♥

_________________


MON.PETIT.PRINCEJe le pris dans les bras. Je le serrais. Je lui disait :
« La fleur que tu aimes n'est pas en danger...Je lui dessinerai une muselière, à ton mouton...Je te dessinerai une armure pour ta fleur...Je... »
Je ne savais pas comment l'atteindre. C'est tellement mystérieux, le pays des larmes.


Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: `` gudrun;

Revenir en haut Aller en bas

`` gudrun;

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HARRY POTTER : MAGIC DECADENCE ::  :: PRESENTATION :: » les sorciers validés-