L'amour, c'est CON !
AccueilAccueil  FAQFAQ  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

L'amour, c'est CON !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage


Invité

MessageSujet: L'amour, c'est CON ! Dim 27 Nov - 18:38




Deux semaines… Deux semaines c'étaient écoulées depuis leurs drôle de soirée et a aucun moment Drago n'avait approché Granger. Déterminé une fois de plus à ne pas l'approcher, le blondinet c'était fixé un programme solide et ferme pour éviter d'approcher la sirène mangeuse d'homme a moins de deux cent mètres. Certes, il avait caché le matin suivant "l'incident" un fou rire dans sa manche en voyant le regard de haine qu'avait lancé Pansy a Granger quand la rouge lui avait jeté un sourire d'enfer au petit déjeuner annonçant fièrement a Parkinson que ça petite baston de la veille n'avait a son grand désespoir laissé aucune traces sur le visage de la Gryffondor. Enragé, Pansy qui avait ouvertement pensé pouvoir se repère du spectacle de son œuvre était partie avec Millicent vers son premier cours de la journée sans finir son jus de citrouille. De fort bonne humeur après, la journée de Drago c'était déroulé parfaitement jusqu'à ce qu'il se couche ! … Trop heureux d'avoir su parfaitement gérer son temps et surtout ses pensées sur Granger, Malefoy n'avait pas imaginé que son esprit pourrait le torturer a ce point une fois lancé dans le pays des moutons ! Et çà, c'était sans compter sur son subconscient qui, une fois endormit l'avait emmené dans des fantasmes tout a fait déplacés sur sa meilleure ennemie. Réveillé de fort méchante humeur, Drago n'avait pas attendu une heure avant de fondre sur Parkinson et la bannir de son système orbitaire pour avoir comploté derrière lui. Sadique, Drago c'était emparé subtilement de plusieurs ingrédients qu'il jugeait utile a la fabrication de filtre et n'avait rien dit a Pensy du pourquoi de sa colère contre elle, la laissant donc dans un doute cruel. Morte dans l'âme, Parkinson n'avait plus sourit depuis qu'elle ne pouvait plus approcher le blond et cette vision des choses était bien le seul truc qui apportait du réconfort a Malefoy… Deux semaines… Il fallait que tout cela se stoppe ! Il ne pourrait, ne pouvait pas continuer comme ça. Au bout de la première semaine, il était aller demander une potion de sommeil a son parrain prétextant une excuse bidon pour qu'il lui donne sans trop poser de questions mais rien n'y fessait, au contraire, les rêves de plus en plus réalistes ne fessaient de redoubler d'intensités. Granger le tuait a petit feu. Constamment sur le pouce, Drago est d'une humeur exécrable avec tout le monde, allant jusqu'à sortir du cours d'histoire de la magie sans demander l'avis de personne. Colérique, sombre et silencieux, il n'accorde même pas le droit a la parole à son meilleur ami Blaise. D'habitude confident, celui-ci ne comprend pas le comportement du blond mais le connaissant que trop bien, il préfère le laisser dans son coin plutôt que de risquer a se prendre un doloris.

C'est donc un fois de plus sans un regard pour personne que Drago remonte vers ses appartements de préfet en chef. Grognon a mort, il pousse le tableau sans précaution et entre dans la salle commune qu'il partage avec là Granger en question. Sans même jeter un coup d'œil pour s'assurer qu'il n'y a pas âme qui vive, il entre dans sa chambre et claque la porte avec grand bruit. Il jette son sac sur le bureau et s'assied avec souplesse sur son lit en soupirant brillamment. Il passe un main sur son visage puis ses cheveux et inspire. Il faut qu'il trouve une solution. Oui, il le doit parce que c'est tout bonnement plus possible de vivre comme ça ! Elle est la, tout les jours autour de lui, tout les soirs de l'autre côté du mur et Drago ne peut plus le supporter.

* Bordel, il doit bien y avoir un moyen de la faire sortir définitivement de ma tête !*

Il se pince les lèvres, fixe le mur recouvert d'un drapeau des serpents et attrape sa bouteille de chevet qu'il porte a sa bouche. Il devrait peut être chercher a la bibliothèque ? Granger y trouve toujours toutes les réponses qu'elle veut alors pourquoi ne pourrait t il pas trouver quelques choses pour la faire sortir de sa tête au mieux ou au pire le faire……………………………………………………………
D'un seul coup, toutes pensées cohérents qui l'habitait disparurent par enchantement. Plongé dans un instant de béatitude rare, Drago sentit son cœur et ses tripes se réchauffer. Pansy… Il devait voir Pansy Parkinson et la demander en mariage ! Oui, tout de suite. Il se leva d'un bond, un magnifique sourire a la con sur le visage et attrapa sa veste au porte manteau. Il s'apprêta a sortir de sa chambre quand il se pencha finalement vers un miroir et passa une main dans ses cheveux pour s'assurer de son allure. Rien a faire, il fallait qu'il soit parfait pour elle. Il ouvrit la porte a grande volé et tout en traversant la salle commune pleins sourire il s'écria a qui voulait bien l'entendre : Je vais retrouver Pansy ! Je l'aime, c'est la femme de ma vie ! Je dois l'épouser ! Il continua sa traversé de la salle et s'apprêta a sortir dans le couloir.
Revenir en haut Aller en bas

FONDA • TIGNASSE REBELLE
avatar
− IRL AGE : 25
− REGISTRED SINCE : 21/08/2011
− PARCHMENTS : 1222
− DON(S) : Oclumens niv.2
− RPG AGE : 18 ans
− QUOTE : Ne remet jamais au lendemain ce que tu peux accomplir aujourd'hui.
− CURRICULUM VITAE : Elève actuellement en cavale. Recherchée par les mangemorts.
− AUTRES COMPTE(S) : Dmitri K. Barckwith • Dante S.H. Blackwood


♣ CHARACTER : WHO ARE YOU ? ♣
♦ ORIGINS: Née moldue
♦ RELATIONSHIPS:
♦ INVENTAIRE:
Hermione J. Granger

MessageSujet: Re: L'amour, c'est CON ! Dim 4 Déc - 19:31


La fin du cours avait été particulièrement étrange pour elle, la dernière fois que la Directrice avait quémandé sa présence, cela avait été un calvaire et un échec cuisant. Une soirée chaotique et elle refusait d'y penser à nouveau, du moins pas pour le moment. Alors tandis qu'elle se dirigeait vers le bureau directoriale, elle avait en effet une énorme boule dans le ventre. Aussi peut-être parce qu'elle savait qu'elle avait en effet peut-être bien fait une petite bêtise. Minuscule vraiment …. Les couloirs qui lui offrent une vue minime sur ce qui l'entoure lui paraissent soudain terriblement néfastes et dangereux, alors qu'elle fonce vers la goule toujours aussi hautaine, pour répliquer d'une voix légèrement tremblante. « Tarte aux Potirons. ». Mot de passe de Dumbledore à n'en pas douter, la Directrice n'avait sans doute pas eut le courage de changer définitivement tout ce qu'il avait laissé derrière lui. La goule ouvre sa gueule béante, s'arrêtant net en décidant de ne finalement pas faire de commentaires. Depuis que sa jumelle avait été détruite par les Mangemorts lors de l'attaque de l'an passé, elle était beaucoup moins hargneuse. Repus de ses différentes émotions, la brune file à l'étage, grimaçant, se mordant les lèvres, fermant les yeux très fort, ce pinçant. Jusqu'à devoir accepter que ce ne fût pas un mauvais cauchemar. Elle était VRAIMENT convoquée au bureau par temps plus ou moins calme. Claquement de porte, grincement et silence gêné quand la vielle femme lui ordonne de rentrer puis de s'assoir. Telle l'élève sage et disciplinée, la rouge et or s'exécute en posant son sac à terre, regardant soigneusement autre chose que la Directrice. « Miss Granger. ». Sursaut. « Oui, Professeur ?! ». Les yeux intenses et minuscules la fixent, on distingue bien une légère contrariété dans ses traits. Le parchemin entre ses longs doigts ridés retrouve sa place sur le bureau, la plume retourne dans son encrier et les ronflements des tableaux brisent un silence glacial. « Vos appartements dans la salle des préfets en chef son vides. ». Et le mur tombe. Oui, Hermione l'avoue, elle n'est toujours pas allée là-bas. En douce, évitant soigneusement le sujet depuis déjà un mois. Elle continuait d'aller dans la salle commune, gardant sa valise avec elle. « Je... ». Mais elle a de très bonnes raisons, oui, d'excellentes. « [color=brown]Malefoy est préfet en chef des Serpentards, Professeur. Permettez-moi de vous dire que … S'il-vous plaît ! Ne m'obligez pas à y aller ! ». Pas de réponse. « Professeur, vous savez que l'un de nous deux mourra dans d'atroces souffrances ! ». La brune s'empourpre aussitôt, sa bouche part dans tous les sens et elle fixe ses chaussures avec attention. Honteuse comme une gamine de 5 ans venant de se faire griller à piquer des bonbons. « Vos affaires sont dans vos appartements, vos vrais appartements, cela va de soi. ». Et c'est tout ?! « Mais, je... ». La porte derrière elle s'ouvre en grand, signe que la conversation était maintenant close. Pas de retour, fin de la partie. C'est donc vaincue qu'elle s'enfonce dans les boyaux du château, grognant dans son coin, furieuse.

****

Un mois plus tard.

Ses bagages sont encore là, devant elle. Il est vrai qu'elle pourrait s'en charger une bonne fois pour toute, mais l'idée de faire de cette chambre la sienne lui donne envie de vomir. Lui, il est là aussi, elle l'entend bondir dans sa chambre comme une furie avant de claquer la porte, ce qu'elle accueille avec un haussement d'épaules, tout en continuant de faire mine de lire son livre. Elle ne parvient toujours pas à se concentrer, la salle qui mélange les couleurs de chaque maison ne parvient pas à transmettre la chaleur de sa vraie salle commune. Pourquoi Mc Gonagall force-t-elle chacun à cohabiter ? De plus, voir la face de Ron ne l'enchante pas vraiment, en fait, son seul lot de consolation pour le moment, c'est Desmond. Sauf que les deux amis s’éloignent de plus en plus et que cela devient de pire en pire. Le bouquin recrache la tonne de poussières amassées quand elle le laisse tomber sur la table basse devant elle, jetant un regard noir au drapeau des Serpentards. Qu'est-ce que Malefoy peut bien encore fabriquer ? Elle a soudain un déclic. Mais oui ! Si Mc Gonagall force la cohabitation, c'est sûrement pour qu'elle garde un œil sur lui … Sauf qu'elle doit surveiller Harry. Non, ça ne colle pas. La vielle femme ne pense tout de même pas qu'elle peut faire les deux en même temps. Mains dans les cheveux, elle soupire longuement avant de sursauter. La porte claque à nouveau et le blond arrive dans la salle, un sourire idiot pendu aux lèvres. « Je vais retrouver Pansy ! Je l'aime, c'est la femme de ma vie ! Je dois l'épouser ! ». Haussement d'épaules, elle lève les yeux au ciel, s'écartant de son passage pour éviter un nouveau contact avec lui. Le souvenir de ce soir laborieux lui revient en mémoire, quand il avait pris soin de soigner ses blessures... Attendez une minute ! Pansy ?! Epouser ? Sa bouche s'ouvre dans un « o » presque comique quand elle réalise. Non mais quel crétin ! « C'est CA ton Doloris ? ! ». Elle s'exclame en se jetant devant lui, complètement paniquée. Car c'est bien ce qu'il a déclaré quand il avait vu ce que la tête de pékinois préparé, le pire Doloris de toute l'humanité. Dans sa grande prétention il avait sûrement oublié les Londubas. Non pas qu'elle s'inquiète pour lui, non bien au contraire. Mais elle a malheureusement et stupidement promis de lui rendre la pareille. Elle hésite, se disant qu'après tout il lui avait bien fait comprendre qu'il s'en fichait, qu'il ne voulait pas de son aide. Pourquoi pas, il suffit de se pousser, de lui laisser le passage et d'aller vivre sa vie tranquillement. Voir la tronche de Parkinson quand elle réalisera – avec son cerveau égal à une fiente d'hiboux – qu'elle a oublié qu'il fallait administrer régulièrement une dose de filtre d'amour serait particulièrement délectable. Elle fronce les sourcils en regardant l'air franchement crétin qu'il affiche. Non, même ça elle ne peut pas le supporter. Avant qu'il est le temps de dire ouf, Malefoy est à terre, enroulé dans un fil invisible. « Tu as de la chance que je sois du genre à tenir mes paroles, Malefoy ! ». Le blond lévite, ses cheveux pendouillent en l'air tandis qu'elle évite soigneusement de l'écouter, le posant sur le … Non, par sur le canapé, c'est bien trop confortable. Elle l'amène en position assis sur le siège de la table en face de la fenêtre, dans une position pas franchement confortable. « Bien, espèce de crétin congénitale ! Maintenant explique-moi comment tu as pu seulement te faire avoir de la sorte, hum ? Et l'idiote c'est moi ? ».

_________________

HERMIONE J. GRANGER ϟ « Lost in myself » LET ME OUT ❀
C'est la seule chose qu'elle parvient à faire, s'imaginer là, sur cette place vide. Ce paysage qu'elle connait si bien. Mais au final, est-ce qu'être seule dans ce vaste paysage ne va pas lui faire perdre la raison ?
Revenir en haut Aller en bas
http://rollinginthedeep-swan.tumblr.com/


Invité

MessageSujet: Re: L'amour, c'est CON ! Lun 5 Déc - 12:46


Ligoté comme un paquet de linge sale, Malefoy n'arrive presque plus a bouger. Tentant vainement de se débattre en tortillant son corps dans toutes les directions, le blond fulmine comme jamais ! Comment hausse t-elle ?! Elle l'ignoble gobelins aux dents longues et aux cheveux en mope pour le sole le toucher lui, le Grand et suprême Drago, prince des serpents et futur fiancer de Pansy…. Sa Pansy…

- Détache moi tout de suite Granger ! Par quel prétention hausses tu mettre tes doigts jaunis par les pages de bouquin sur moi ! Mon père va te tuer si je lui dit et je vais te tuer aussi… Je vais tout dire a Pansy et on verra qui se prendra encore un raclé dans un couloir sombre et sordide !!!

Plus d'air crétin dessiné sur son visage mais belle et bien une haine farouche comme jamais. Sale sang de bourbe ! Franchement, c'est a se demander comment il a pu vivre avec une défection de la nature pareille auprès de lui depuis six ans. Pour le coup, Drago se dit qu'il mérite presque une étoile du "mérite". Il relève la tête vers Granger une fois affalé comme un crétin sur une chaise et lui envoie un éclair foudroyant par la pensée.

- Tu as conscience qu'une fois libéré, je vais t'annihiler de la planète terre ?! Tu me mets en retard pour retrouver Pansy et ça, c'est la signature de ton acte de décès.

Il tente encore quelquefois de se libérer en agitant frénétiquement son corps comme un fou mais ne peut que constater que le sort de la lionne est redoutable. *sale conne*… Il a toujours détesté Granger mais là, c'est l'apogée. « Bien, espèce de crétin congénitale ! Maintenant explique-moi comment tu as pu seulement te faire avoir de la sorte, hum ? Et l'idiote c'est moi ? ». Hien ?! Il a du mal comprendre là ? Crétin congénitale ?! Sérieusement elle vient bien de l'appeler comme ça ? Et puis de quoi elle parle au juste ? Qu'est-ce qu'elle veut dire par "faire avoir de la sorte" C'est parce qu'il aime Pansy et qu'il est tombé dans ses filets de l'amour qu'elle réagit aussi bizarrement mais en quoi sa la regarde déjà ? C'est son problème s'il aime Pansy pas le siens a moins que…

Il plonge son regard dans les yeux Granger et cherche la possibilité infime d'une trace de jalousie. Quel autre explication pourrait t il y avoir ! ELLE es jalouse de son amour pour Parkinson et voilà tout.

- Ecoute Granger, je veux bien comprendre que tu es un cas désespéré. Entre tes cheveux, tes vêtements trop grand et visiblement trop longue, tes dents trop longue - D'ailleurs tes parents ne sont ils pas "denttrucmoldu" d'ailleurs ? Ils pourraient pas y faire quelques choses ?! Regarde ça !

Il pointe le bout de son index vers le visage de la brune affichant un air dégouté.

- Non, mais arrête sérieux, c'est encore pire qu'en tes en colère ! Enfin pour en revenir aux choses variée et divers qui font que tu es toujours vierge a ton âge, j'essaye simplement de te dire que le faite de me ligoter ne changera pas l'amour incommensurable que je porte a Penny ! Regarde là, elle est parfaite ! Belle et si parfaite avec son petit nez adorable, intelligente, sang pur, serpentard et tout ce qu'il faut pour être une femme parfaite ! En plus, contrairement a toi elle, elle sait se taire de temps en temps mais tu ne peux pas comprendre. Même la belette semble ne plus vouloir de toi ! Alors je suis désolé de te dire : Que tu n'as aucune chance avec moi !

Voilà, il lui a dit. Autant être sincère avec cette pauvre fille- encore que, Drago ne sait pas vraiment comment elle a put penser qu'elle avait la moindre chance- Il fallait vraiment qu'il la remette sur le droit chemin sans quoi, elle pourrait faire bien plus que le ligoté sur une chaise. Faire bien plus…Granger… Eurk, il en a presque la nausée. L'idée que cette folle furieuse puisse l'embrasser ou pire le…. Non, il ne veut pas savoir !

- Bon Granger, la situation était comique voir même délirante pour toi- a soumis Malefoy quelques secondes à elle- mais là, ma patience va définitivement quitter mon corps et à la seconde ou mes délicats doigts toucherons ma baguette, il y aura vraiment danger pour toi… Détache moi TOUT de suite ou je ….

Il s'arrête de parler, pris soudainement d'une migraine insoutenable et fronce les sourcils *Merde* qu'est-ce qu'il disait déjà ? Il parlait a Granger mais de quoi… plus aucune idée.

- Euh…Je… Pourquoi je suis attaché ? Et Granger ?! ça va ? T'a l'air un peu… Etrange et je me sens bizarre et mal.

Sentant son cœur se soulever, Drago se penche en avant près a vomir ses tripes pour se soulager mais finalement c'est sa vue qui se trouble, son corps qui commence a convulser et c'est au ralentit que Drago s'écroule inconscient au sole. Secoué par de multiples Spasme dans tout le corps, le blond n'a plus conscience de ce qui l'entoure.
Revenir en haut Aller en bas

FONDA • TIGNASSE REBELLE
avatar
− IRL AGE : 25
− REGISTRED SINCE : 21/08/2011
− PARCHMENTS : 1222
− DON(S) : Oclumens niv.2
− RPG AGE : 18 ans
− QUOTE : Ne remet jamais au lendemain ce que tu peux accomplir aujourd'hui.
− CURRICULUM VITAE : Elève actuellement en cavale. Recherchée par les mangemorts.
− AUTRES COMPTE(S) : Dmitri K. Barckwith • Dante S.H. Blackwood


♣ CHARACTER : WHO ARE YOU ? ♣
♦ ORIGINS: Née moldue
♦ RELATIONSHIPS:
♦ INVENTAIRE:
Hermione J. Granger

MessageSujet: Re: L'amour, c'est CON ! Lun 5 Déc - 15:10



Hermione passe en revue la salle commune des préfets. Elle ne s’est absolument pas habituée à l’endroit, vraiment pas du tout. Y a-t-il ici quelque chose, un ingrédient miracle qui pourrait l’aider ? L’aider à se sortir de là ? Guérir Malefoy vite et continuer sa vie tranquillement, sans plus rien avoir à faire avec lui ? « Détache moi tout de suite Granger ! Par quelle prétention oses-tu mettre tes doigts jaunis par les pages de bouquin sur moi ! Mon père va te tuer si je lui dis et je vais te tuer aussi… Je vais tout dire à Pansy et on verra qui se prendra encore un raclé dans un couloir sombre et sordide !!! » Le blond décoloré n’arrête pas de parler, il insulte, il chouine et profère des menaces totalement délirantes. « Et ta fierté dans tout ça, Malefoy ? ». Pratiquement à bout de nerfs et à deux doigts de commettre un meurtre, elle le laisse discourir en se dandinant sur sa chaise. Voyant des mèches sauter sur sa tête, alors qu’il s’excite tout seul. C’est répliques sont si basses qu’elle ne dit rien, préférant chercher une solution à ce problème. Déchirer entre son envie de le laisser se débrouiller seul, et celle de devoir respecter sa foutue parole. Un jour, elle va devoir apprendre à se montrer bien plus méchante. Cela pourrait vaguement lui sauver la vie. « Tu as conscience qu'une fois libéré, je vais t'annihiler de la planète terre ?! Tu me mets en retard pour retrouver Pansy et ça, c'est la signature de ton acte de décès. ». Elle rejette d’une main lasse la réplique. « C’est ça Malefoy, à d’autres ! ». Elle a mieux à faire, une fois l’effet dissipé elle sera tout bonnement et tout simplement tranquille. « Dis, tu ne veux pas la fermer ? J’aimera… ». « …ne femme parfaite ! En plus, contrairement a toi elle, elle sait se taire de temps en temps mais tu ne peux pas comprendre. Même la belette semble ne plus vouloir de toi ! Alors je suis désolé de te dire : Que tu n'as aucune chance avec moi ! ». Hein ? Il vient de dire quoi là ? Hermione hausse les épaules, baillant fortement avant d’attraper un de ses livres. Pour être tout à fait honnête, elle ne connait absolument pas les remèdes contre le philtre d’amour. Tout ce qu’elle sait, c’est que sous mauvais mélange il peut s’avérer dangereux. Et si Parkinson à loupé sa potion, le blond pourrait avoir de sérieux soucis. Elle se souvient très bien de Ron sous l’influence d’un Philtre, enfin elle se souvient du récit d’Harry. « …ment danger pour toi… Détache moi TOUT de suite ou je …. ». Par Merlin ! Que cet idiot la ferme bon sang ! Le seul souci, c’est que l’effet avait été momentanément interrompu par un poison mortel. Et que …

Elle s’arrête net en voyant la tête ahuris de Malefoy, retenant un violent fou rire. « Euh…Je… Pourquoi je suis attaché ? Et Granger ?! Ca va ? T'a l'air un peu… Etrange et je me sens bizarre et mal. ». Et Granger ?! Ca va ? Et Granger ?! Ca va ? Et Granger ?! Ca va ? La brune manque de s’étouffer, oubliant presque que l’effet du philtre qui devait être à moitié loupé vient de disparaitre. C’est comme un écho dans son crâne et ça tape sur le coin de la tête. Les mots assemblés ne collent absolument pas. Et Granger ?! Ca va ? Non, elle ne s’en remet décidément pas, entre ça et les premiers soins, ce type en avait vraiment un coup dans la tête. « Non, ça ne va pas. Es-tu atteint de schizophrénie profonde ? ». Mais le blond ne lui répond pas, il se tord étrangement sur lui-même, secoué par …Non ! Avant même qu’il est le temps de tomber, Hermione se précipite hors de la salle, courant à vive allure dans les boyaux de Poudlard. Sa baguette soudain brandit entre ses doigts fins balance des accios à tout va, suppliant pour trouver à temps l’ingrédient. Parkin est complètement stupide ! La potion était en effet très mal ajustée, la pauvre et stupide Serpentarde à transformer le philtre en poison. Avant qu’elle n’ait le temps de dire ouf, elle est par terre, les fesses douloureuses et le visage grimaçant. « Miss Granger ? Pourquoi tant d’agitations ? ». Trelawney.Génial, comme si c’était elle dont elle avait besoin. « Je suis désolé Professeur, dispute de couple ! » QUOI ? Quel mensonge abominable ! Avec la chance qu’elle avait, tout ça allait vite être déformé et on allait vraiment croire qu’elle avait quelqu’un. La femme aux cheveux plus hirsute, largement plus, qu’elle lève une main compatissante qui traverse le vide. Hermione est déjà debout, filant à vivre allure vers le bureau du professeur de potion. Le nouveau n’est presque jamais là, le bureau facile à ouvrir. Elle croise les doigts, sachant parfaitement que tout comme pour elle, rien ne doit se savoir. Son jean délavé et ses converses roses pâles lui donnent l’air d’une moldue dans un décor tout à fait inadapté, alors qu’elle se glisse entre les canapés et les tiroirs. Des feuilles orphelines volent de partout alors qu’elle fait grincer le parquet, cherchant sans grande douceur une pierre de bézoard. Et s’il était trop tard ? Elle relève son nez mutin en grimaçant, écarquillant les yeux d’effroi. Malefoy peut-être, mais il s’agissait d’une vie ! Trouvé ! La brune est déjà bien loin de la pièce quand le professeur, un peu étonnée entre dans son bureau encore plus mal rangé que d’accoutumé. Quand Hermione arrive enfin sur place, non sans avoir bousculé pas mal de monde, le vert et argent et étalé à terre. « Malfoy ! ». Elle panique, n’entendant pas de réponses, s’il est trop tard elle ne se le pardonnera jamais. Le blond et toujours au sol, de la bave coulant sur son menton tandis que ses cheveux lui tombe sur les yeux, le front en sueur. Le tressautement de son corps lui indique qu’il est toujours en vie et elle ne se fait pas prier pour lui faire avaler le caillou. « Avale ! ». Autoritaire, elle enfonce le bézoard sans ménagement avant d’attendre, s’essuyant sur son jean et brisant le maléfice du saucisson. Le blond et enfin sain et sauf. « M... Malefoy ? ». Pas de réponses. « S’il-te-plaît, réponds ! ». Qui aurait cru qu’elle se serait autant inquiéter pour lui ?






_________________

HERMIONE J. GRANGER ϟ « Lost in myself » LET ME OUT ❀
C'est la seule chose qu'elle parvient à faire, s'imaginer là, sur cette place vide. Ce paysage qu'elle connait si bien. Mais au final, est-ce qu'être seule dans ce vaste paysage ne va pas lui faire perdre la raison ?
Revenir en haut Aller en bas
http://rollinginthedeep-swan.tumblr.com/


Invité

MessageSujet: Re: L'amour, c'est CON ! Lun 5 Déc - 16:47


Total black out. Perdu dans les tréfonds de son inconscience, Malefoy n'a aucune idée de l'agitation autour de lui et c'est seulement quand un truc l'empêche de respirer qu'il revient dans le monde réelle. Réveillé par l'alerte général lancé par son corps, le blond reprend conscience en roulant sur le côté tout en toussant pour retrouver son souffle. *bordel c'est quoi ce délire ?* Il reprend sa respiration, se redresse sur un coude et avale le peu de salive qu'il a encore en bouche. Un sale goût lui arrache une grimace et il passe une main sur ses lèvres couvertes de mousse blanche. *Putain, c'est quoi ce foutoir !* Il respire avec peine et jette un coup d'œil autour de lui. A terre, il est la gueule a terre… Lui Drago Malefoy est allongé sur le sole… crasseux. *double grimace* Bon, ok… Dernier souvenir ?... Granger… dans …euh sa chambre ou la salle commune ou… Arf, avec une migraine pareille, il n'arrivera tout simplement a rien. Il se redresse un peu plus pour prendre une position assise et se rendre compte finalement de la présence de la brune a ses côté… totalement paniqué.
Que c'est il passé ? Que fait il a terre, couvert de crasse, de la bave au menton avec la rouge a ses côtés qui affiche un visage décomposé. Aurait il raté un épisode ? Les mangemorts auraient ils attaqués ? Non… Granger serait partie avec Potty et Weasmoche en le laissant lui Drago crever la gueule ouverte. Il cherche a rassembler ses souvenirs avec peine mais la barre de fer qui sévit dans sa tête n'a pas envie de le laisser faire. Il aurait but quarante litres de scotch, ce serait du pareil au même !

- Qu'es ce qu'il c'est passé ? Pourquoi je suis a terre ?! Et toi pourquoi t'es là ?


Trop de questions sans réponse et Drago n'est absolument pas le genre d'homme qui préfère ne rien savoir. Il se relève avec grâce sans toutefois manquer d'équilibre une fois et s'avance doucement vers une table. De l'eau ! il doit boire quelques gorgé pour faire partir cette saloperie de goût avant toute choses. Il prend un verre sur la table et cherche sa baguette qui n'est… pas dans sa poche ! Il se retourne vers Granger et la défie du regard… Elle, elle était là, elle doit savoir toute l'histoire.

- Granger je te donne trois secondes pour t'expliquer et me dire ou est passé ma baguette. J'ai l'impression qu'on m'a jeté un sort d'oubliette et cette sensation n'est pas du tout agréable ! Par Merlin, Qu'es ce qu'il n'est arrivé bordel ?...Tu m'as attaqué ?... Désarmé ?

Il recule d'un pas, suspicieux a mort. Granger l'attaquer… Oui, c'est possible après tout il serait logique qu'elle ait voulut se venger pour toutes ces années de torture qu'il lui a fait subir mais… C'est pas trop son style non plus, la sang de bourbe n'a pas l'âme du Serpentard et la revanche n'est pas dans son caractère. La barre de fer dans sa tête résonne et c'est un Malefoy très faible finalement qui titube jusqu'au canapé pour s'y effondrer. Il n'a pas été aussi mal depuis la petite sauterie qu'il a organiser ici même en début d'année quand il a comprit que Granger ne viendrait pas dans ses appartements. Bourré a font, le lendemain c'était révélé dure… très dure. Il respire doucement, voit le décors tourner autour de lui et ferme les yeux avant que l'envie de gerber le prenne.

- Qu'est ce que tu n'as fait Granger ? Tu voulais te venger ? Me tuer a petit feu ?


De la sueur perle sur son front et il a du mal a rester lucide. Sa chemise de grande marque est foutue quand ses cheveux, il préfère ne pas y penser. Rien, il n'a aucun souvenir… Sa chambre… une paire de chaussure ?!... Des pensées débiles en faite. Tout ce qu'il sait, c'est que là, il est vraiment mal. Il force ses yeux a rester ouvert mais tout se trouble a nouveau… c'est ça la mort ? mourir ? Parce que franchement comme côté angoissant, on ne fait pas mieux sérieux ! A moins qu'il soit aux portes de l'enfer ? Après tout, c'est là qu'il finira non ? Oui, l'enfer correspond mieux a la "vision" des choses qu'il a sur le coup. Il grimace a la douleur d'une nouvelle crampe de son estomac qu'il compare a un petit doloris et laisse son corps tomber a la renverse sur le canapé. Il enfuit sa tête dans les coussins et étouffe un gruons. Pourvu que tout s'arrête. Il respire, ne pensant un court instant plus cas ça, respirer encore et toujours sans se douter que la brunette c'est de nouveau approcher de lui. Il tourne la tête hors des cousins et voit une vague silhouette. Tout est flou et seul quelques couleurs transperces le voile qui recouvre ses yeux.

- Granger ?...

Un murmure, une supplique… S'il doit crever là, bêtement comme ça autant ne pas être seul non ? Autant être près d'elle, près de la fille qu'il aime. Il tend une main vers elle mais incapable de mesurer la distance entre eux, pas sur qu'il n'arrive a toucher quoi que ce soit.
Revenir en haut Aller en bas

FONDA • TIGNASSE REBELLE
avatar
− IRL AGE : 25
− REGISTRED SINCE : 21/08/2011
− PARCHMENTS : 1222
− DON(S) : Oclumens niv.2
− RPG AGE : 18 ans
− QUOTE : Ne remet jamais au lendemain ce que tu peux accomplir aujourd'hui.
− CURRICULUM VITAE : Elève actuellement en cavale. Recherchée par les mangemorts.
− AUTRES COMPTE(S) : Dmitri K. Barckwith • Dante S.H. Blackwood


♣ CHARACTER : WHO ARE YOU ? ♣
♦ ORIGINS: Née moldue
♦ RELATIONSHIPS:
♦ INVENTAIRE:
Hermione J. Granger

MessageSujet: Re: L'amour, c'est CON ! Dim 11 Déc - 17:57


Le visage dans les mains, Hermione se mort nerveusement les lèvres tout en soupirant. Elle hésite, tentée de vérifier son pouls. Sauf que l'idée d'entrer en contact à nouveau avec lui la met horriblement mal à l'aise. La rouge et or s'apprête à se relever quand une voix rauque lui fait tourner la tête. « Qu'es ce qu'il s'est passé ? Pourquoi je suis à terre ?! Et toi pourquoi t'es là ? ». La brune retient un cri de joie, non, pas pour Malefoy tout de même, levant les mains en l'air prête à le rattraper, avant de s'écarter quand le blond vomis toutes ses tripes à terre. Beuh, comment perdre toutes sa splendeur et sa crédibilité en deux secondes. « C'est la salle des préfets, Malefoy. ». Répond-t-elle en évitant soigneusement de trop s'approcher de lui, tandis qu'il titube vers la table. Avec toutes les précautions du monde, la jeune fille s'approche en douceur, vérifiant chaque symptôme. Elle sait ce qu'il veut et s'avance pour remplir son verre d'eau avant que le blond ne se tourne vers elle, l’air presque furieux si on ne compte pas le teint verdâtre et l'air nauséeux. « Granger, je te donne trois secondes pour t'expliquer et me dire où est passé ma baguette. J'ai l'impression qu'on m'a jeté un sort d'oubliette et cette sensation n'est pas du tout agréable ! Par Merlin, Qu'es ce qu'il n'est arrivé, bordel ?...Tu m'as attaqué ?... Désarmé ? ». C'est là qu'elle doit se fâcher contre lui car, il l'accuse à la place de l'autre idiote de Parkinson. Sauf qu'elle comprend sa réaction parce que, à sa place elle réagirait aussi bien de cette façon. Elle ouvre la bouche pour parler quand il se dirige vers le canapé, s'effondrant tronche contre les coussins. Elle retient un fou rire nerveux en le voyant dans cet état, ne pouvant s'empêcher s'en délecter. Hermione n'a jamais vue Malefoy dans de tels conditions et ne pendait jamais l'y voir. « Qu'est-ce que tu m'as fait Granger ? Tu voulais te venger ? Me tuer à petit feu ? ». Elle soupire en s'approchant du fauteuil lentement, avec précaution. Elle le regarde plus attentivement que d'habitude, voyant ses cheveux trempés de sueurs tomber sur son visage livide. C'est ça le playboy de Poudlard ? Elle retient un nouveau fou rire avant de s'arrêter net. « Granger ?... ». Le serpent est dans un état pitoyable, chemise complètement débraillé et yeux trempés. En fait, le blond est le reflet d'elle-même il y a de cela deux semaines, quand la troupe de Parkinson l'avait battu avant qu'elle n'est le temps de dire ouf. Quand elle le regarde, elle voit un type qui s'est moqué de fragilité mais, qui se retrouve pourtant dans la même situation qu'elle ! Enfin, c'est ce qu'elle devrait distinguer mais, le bras tendue en l'air, sui semble la chercher lui donne une vision toute autre. « Je... ». Son doigt effleure presque sa main et elle comprend, monsieur délire à cause de la fièvre. A voir sa tête, il doit avoir au moins 40°. « Je reviens, d'accord ? ».

D'une voix étrangement douce, elle se dirige vers sa salle de bain à l'étage, prenant bassine et eaux chaudes avant de saisir une serviette et un gant propre. Hermione n'en revient pas, vas-t-elle vraiment faire ça ? Il l'a fait pour toi. Sa conscience le lui murmure dans un coin de sa tête alors qu'elle sort sa baguette pour faire léviter la bassine trop lourd jusqu'à la table basse. La brune pose ses genoux à terre, soufflant longuement avant de murmurer un « ok » qui sonne trop faiblement. « Bouge-pas. ». Prenant le gant en ayant la désagréable impression de revivre la même scène encore une fois, elle pose celui-ci sur son front, essuyant tant bien que mal la sueur. « Il te faut des potions que je n'ai pas, tu vas devoir te rendre à l'infirmerie. ». Elle ne le ménage pas, sachant qu'il sera trop faible pour lui brailler dans les oreilles. Du moins pour le moment. Elle approche d'une main tremblante avant de réaliser. Si quelqu'un entre maintenant et les voit ? Hors de question que les gens pensent qu'elle pactise avec le démon ! « Désolé ! ». Cette fois c'est le corps du Serpentard qui flotte dans l'air, enveloppé dans une couverture. Le déplacement des objets essentiels par la suite prend plusieurs minutes à la brune avant qu'elle ne ferme la pièce à clef. « Pas de panique, je veux juste éviter que Desmond ou Ronald ne me surprennent en train de t'aider. ». Il ne faut pas trop lui en demander non plus. Quand le blond emmitouflé dans ses couvertures et en fin un minimum propre, disons le visage et les bras, pour le reste il peut se débrouiller tout seul. Elle lâche un grand soupire, croisant les doigts pour que tout cela se termine au plus vite. Mais avant, elle devait répondre à ses questions. « Tu t'es fait avoir pas Pansy. ». Pas de ton moqueur, ni d'air désolé, rien. « Je ne sais pas comment d'ailleurs, il faut que tu me dises … Qu'as-tu avalé, mangé ou bu avant de venir ici ? ». Avant de déclarer platement. « Toi victime d'un philtre d'amour, c'est vraiment effrayant ! ». Ne pouvant retenir un léger gloussement qu'elle cache dans sa manche, éternuant pour faire bonne figure. Se rappelant vaguement qu'il faut lui donner à boire, elle prend sa baguette pour remplir un verre grâce à un aguamentie. « Ah, et ta baguette et quelque part dans la salle en bas. Je devais te désarmer, je n'avais vraiment pas le choix. Tu n'avais franchement pas l'air malin avec ce sourire crétin collé sur le visage tout en déclarant : Pansy et la femme de ma vie, je l'aiime ! Je dois l'épouser ! ». La brune a volontairement pris une grosse voix pour parfaire son imitation, secouant sa queue de cheval en levant les yeux au ciel et levant les bras. « Voilà, j'ai répondue à tes questions. ». Ni plus ni moins, affaire réglée ! Enfin, ça c'est qu'elle croit.

_________________

HERMIONE J. GRANGER ϟ « Lost in myself » LET ME OUT ❀
C'est la seule chose qu'elle parvient à faire, s'imaginer là, sur cette place vide. Ce paysage qu'elle connait si bien. Mais au final, est-ce qu'être seule dans ce vaste paysage ne va pas lui faire perdre la raison ?
Revenir en haut Aller en bas
http://rollinginthedeep-swan.tumblr.com/


Invité

MessageSujet: Re: L'amour, c'est CON ! Mar 13 Déc - 14:40


Complètement dans les vapes, c'est avec difficulté que Drago essaye de garder les yeux ouvert sur la rouge. Il respire fort et la sueur qui perle sur son front s'écoule doucement le long de son visage. Mal, il n'a pas été aussi mal depuis les premiers doloris de son père. Les crampes qu'il a au ventre sont insupportables. Il voit vaguement bouger le jeune femme et perçoit un flou "bouge pas". Elle est bien bonne celle-là ! Comme s'il avait la faculté de bouger tout seul ! Il soupire et la revoilà en face de lui qui lui essuie le front et bien qu'il préfèrerait qu'elle ne le touche pas, il se laisse né en moins faire sans ronchonner. Il lève les yeux sur elle, l'écoute expliquer comment il en est arrivé a ça et ouvre la bouche pour dire quelques choses avant de la refermer aussi vite. « Tu t'es fait avoir pas Pansy. » Il écarquille les yeux et comme si cette simple phrase avait fait l'effet du potion, son cerveau se remet en route d'un seul coup. Qu'es qu'elle a voulut dire par là ? Que Parkinson est coupable de son état ? C'est elle qui l'a empoisonné ?! C'est ridicule ! Pourquoi diable Pansy aurait elle fait ça ? Ca vie même dépend du blond et si par malheur il lui arrivait quelques choses, le pékinois n'aurait plus qu'a se trouver une corde. Non, Granger accuse la serpentard parce qu'elle a une dent contre elle. Il lui jette un regard noir et tente de s'exprimer pour défendre la verte mais il n'a tout bonnement aucune force pour articuler et se contente de grimacer une nouvelle fois a l'apparition d'une nouvelle crampe qui lui coupe la respiration. «Je ne sais pas comment d'ailleurs, il faut que tu me dises … Qu'as-tu avalé, mangé ou bu avant de venir ici ? » Mais de quoi elle parle ? Drago a dut mal a suivre le résonnement de la brune qui l'embrouille plus qu'autre choses et complètement perdu il se laisse choir un peu plus dans les couvertures. Par Morgane il n'aurait jamais dut lui demander des explications parce que maintenant chaque mot qu'elle prononce est un véritable supplice pour sa tête bourdonnante. Qu'est qu'il a mangé ou bu avant ?... Excellente question ! Il se concentre sur les minutes avant son trou noir et se revoit occupé a lancer ses chaussures sur le mur. Il les a ensuite rangés puis a but une longue gorgé de … Oui, c'est ça ! Il se relève avec difficulté sur un coude en inspirant comme il peut .

- La bouteille sur la table de chevet. J'ai bu plusieurs gorgés.

Il ne voit que ça et c'est le dernier souvenir logique qu'il a de ses actions. Il relève le regard sur la brune et serre la couverture autour de lui. Ce n'est plus chaud qu'il a à présent mais belle et bien froid. Son corps est secoué de plusieurs petits spasmes incontrôlés qui remonte le long de son échine. Il frisonne une fois et porte a ses lèvres pâles le verre d'eau qu'elle a fait apparaître avant de le reposer en tremblant vide.

- Je vais tuer cette fille.

Oui, il l'a déjà dit mais là, c'est véridique et dés qu'il sera remis sur pied, il jure sur Merlin qu'elle va prendre pour son grade la Parkinson ! Autant il a toléré ces conneries jusqu'ici, autant là, Le blond sent la colère envers elle atteindre son point culminant.

- Je l'ai pourtant menacée et prit la plus part des ingrédients… Je pensais pas qu'elle ferait vraiment ça.

Il la voit sourire et étouffer un petit rire dans sa manche et le blond ne peut que soupirer quand il l'entend l'imiter. Il a dut être pitoyable sur le moment et l'idée même qu'il ait dit ou fait des trucs stupide devant Granger l'achève définitivement. Il lui faudrait savoir exactement tout mais dans le font, le peu qu'elle a déjà lâché ne le rassure pas. En a-t-il vraiment envie finalement ? Pas sûr…

- Je dois aller a l'infirmerie mais je sens plus mes jambes… Peux tu aller chercher Rogue ? Au moins comme ça personne ne nous verra ensemble et tu serras libre de te dette.

Parce qu'il ne doit pas se leurrer, si elle fait tout ça maintenant ce n'est pas parce qu'il sait amélioré avec elle depuis peu mais uniquement pour acquitter son âme de bonne samaritaine.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

FONDA • TIGNASSE REBELLE
avatar
− IRL AGE : 25
− REGISTRED SINCE : 21/08/2011
− PARCHMENTS : 1222
− DON(S) : Oclumens niv.2
− RPG AGE : 18 ans
− QUOTE : Ne remet jamais au lendemain ce que tu peux accomplir aujourd'hui.
− CURRICULUM VITAE : Elève actuellement en cavale. Recherchée par les mangemorts.
− AUTRES COMPTE(S) : Dmitri K. Barckwith • Dante S.H. Blackwood


♣ CHARACTER : WHO ARE YOU ? ♣
♦ ORIGINS: Née moldue
♦ RELATIONSHIPS:
♦ INVENTAIRE:
Hermione J. Granger

MessageSujet: Re: L'amour, c'est CON ! Mer 28 Déc - 12:21


La brune se mord les lèvres en affichant cette moue particulière, celle qu’elle affiche quand elle est inquiète, quand elle réfléchit. L’Etat de Malefoy est plutôt important et, ce n’est pas rien. On ne joue pas avec la vie, peu importe la personne. Peu importe si ce type l’agace. Au fond, ces derniers jours, il a montré une facette de sa personnalité plutôt agréable. Il tente bien de le cacher mais au fond il ne peut pas la tromper, Drago Malefoy s’est montré gentil. Et comme toujours, Hermione ressent le besoin d’apporter son aide et sa gratitude. Foutue bonté. Elle a l’impression que tout cela va la perdre une bonne fois pour toute, un jour. Comme son geste envers ce mangemort, dans ce bar. Quand elle lui avait donnée sa barrette avant de lui tourner le dos. Drago lui répond d’une voix pâteuse. « La bouteille sur la table de chevet. J'ai bu plusieurs gorgés. ». Hermione attrape la bouteille avant d’en humer le contenue et fait la grimace. Rien, elle ne sent rien ! L’idiote parvient à dissimuler l’odeur mais pas à faire une potion convenable ? « Je vais tuer cette fille. ». Les paroles du blond la ramène dans le monde réel et elle le fixe, fiévreux et dans un bien triste état. Non, pas d’état d’âme pour tout le monde. Cette Parkinson pourrait se faire prendre la tête en bas au-dessus d’un bac de Pyrana qu’elle ne bougerait pas le petit doigt. Ou peut-être que si, elle ne sait jamais vraiment comment elle réagira. Haussant les épaules, elle tourne en rond dans la pièce en fixant la décoration typiquement serpent. Du vert, du noir et de l’argent partout. C’est d’un sombre …. Elle ne voit vraiment pas en quoi cette maison peut être attrayante, pas chaleureuse, pas amicale. « Je l'ai pourtant menacée et prit la plus part des ingrédients… Je pensais pas qu'elle ferait vraiment ça. ». La rouge et or se tourne brusquement vers lui, retenant un jurons. « QUOI ?! Elle a osé faire une potion sans CHAQUE ingrédient ? Mais cette fille est vraiment stupide, ça va au-delà de ce que je croyais ! ». Mouvements de bras hystériques et elle s’approche de lui à grand pas, croisant les bras. « En attendant, tu es dans un bien mauvais état. Un mythe tombe … ». Silence. Pourquoi elle a dit ça ? Pourquoi, mais pourquoi ! Elle se mord les lèvres en tournant la tête, retenant un raclement de gorge. « Je dois aller à l'infirmerie mais je sens plus mes jambes… Peux-tu aller chercher Rogue ? Au moins comme ça personne ne nous verra ensemble et tu seras libre de te dette. ». Ro… Rogue ? Ses bras se décroisent et elle perd toute hargne, reculant d’un pas. « Je ….Bon. Très bien, si c’est ce que tu veux … Mais … C’est la dernière fois, d’accord ? ». Ouais, c’est ça, à d’autres. Vue toutes les tuiles qui lui tombent dessus, elle n’était pas prête d’en avoir fini avec ces histoires. Puis la brune lâche un soupire résigné avant d’aller chercher le grand « maître des potions ». Inutile de dire qu’elle ne retournera pas dans la chambre de Malefoy par la suite et qu’elle laissera son professeur guérir son élève. Néanmoins, elle sait qu’elle subira un interrogatoire. Tant pis, autant fini sa tâche correctement.

Spoiler:
 

_________________

HERMIONE J. GRANGER ϟ « Lost in myself » LET ME OUT ❀
C'est la seule chose qu'elle parvient à faire, s'imaginer là, sur cette place vide. Ce paysage qu'elle connait si bien. Mais au final, est-ce qu'être seule dans ce vaste paysage ne va pas lui faire perdre la raison ?
Revenir en haut Aller en bas
http://rollinginthedeep-swan.tumblr.com/


Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: L'amour, c'est CON !

Revenir en haut Aller en bas

L'amour, c'est CON !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Apocalypse mon amour...
» 4e session : Pack Amour
» Exposez vos plus belles photos d'amour lbp ici
» Salle de déclarations... d''amour, d''amitié ou autres...
» Mes poèmes d'amour

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HARRY POTTER : MAGIC DECADENCE ::  :: SOUVIENS -TOI ... :: » Archives Saison 1 Finis-