Cheminée, Marque des Ténèbres et autre Bièraubeurre
AccueilAccueil  FAQFAQ  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

Cheminée, Marque des Ténèbres et autre Bièraubeurre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

MANGEMORT • Régisseur du réseau des cheminées
avatar
− IRL AGE : 27
− REGISTRED SINCE : 31/08/2011
− PARCHMENTS : 641
− DON(S) : Legilimencie Niv2
− RPG AGE : 28 ans
− CURRICULUM VITAE : Ex Serpentard, Joueur de Quidditch à ses heures perdues et Régisseur du Réseau de Cheminées — Accessoirement amoureux des voitures et d'une Sang-de-Bourbe, mais faut pas le dire...
− AUTRES COMPTE(S) : Dreylian Yggdrasil — Gamaël Burden — E. Eve Sinclair


♣ CHARACTER : WHO ARE YOU ? ♣
♦ ORIGINS: Sang-Pur
♦ RELATIONSHIPS:
♦ INVENTAIRE:
Icare G. Hadley

MessageSujet: Cheminée, Marque des Ténèbres et autre Bièraubeurre Mar 6 Sep - 12:03


Après le mal que j'ai eu – comme d'habitude – à me lever et à me préparer, je suis finalement parvenu au Ministère pour aller travailler. En ce moment, mon métier se limite uniquement à réparer des cheminées endommagées, ou qui ne marchent carrément plus. Ca commence à devenir franchement lassant et en entrant dans l'ascenseur qui allait me mener au niveau 5, un morceau de pain entre les dents, je me mettais à souhaiter avoir à avoir une demande de lien d'une cheminée au réseau ou encore un petit mot du Seigneur des Ténèbres m'ordonnant de mettre telle ou telle cheminée sur écoute. Au moins, ça me changerait et la première tâche serait assez longue pour me passer quelques heures. Quant à la seconde, elle serait plus rapide mais je devrais surveiller régulièrement mon enregistrement pour vérifier ce qui se disait ou se faisait dans la cheminée concernée.
Je finissais d'avaler mon morceau de pain en poussant la porte de mon bureau, ayant cependant peu d'espoir de voir un ordre spécial sur une pile d'autres feuilles. Comme à mon habitude, je me laissais tomber sur mon siège et regardais le bazar monstre qui s'étalait devant moi. Une grosse feuille feuille rouge trônait sur le dessus et je me tendais rapidement le bras vers elle. Ca au moins ça changeait ! C'était un mot d'un de mes supérieurs du Département. Ils ont parfois accès aux bureaux des employés et apparemment le mien n'avait pas plaire à l'inspection. Il m'était demandé expressément de ranger mon bureau sinon quelqu'un d'autre y mettrait de l'ordre à ma place, en faisant un tri par le vide et tant pis pour moi si je perdais par la même occasion des choses importantes ou des choses personnelles. Etant donné ce que j'avais à cacher, il valait mieux que ce soit moi qui range tout ça.
Bref, comme il était indiqué que je devais le faire avant toute chose aujourd'hui, je m'y employais, sortant ma baguette magique et faisant en sorte de tout bien mettre comme il fallait, pour que je puisse tout retrouver une fois que ce serait rangé. Parce que tout le monde le sait, quand on range quelque chose alors qu'on s'y retrouvait parfaitement dans le désordre, on ne trouve plus ce qu'on veut quand c'est bien mis comme il faut. Alors j'en profitais pour mettre des petites étiquettes au-dessus de chaque étagère. Juste au cas où.
Ca me pris quand même quelque temps, même avec la magie pour tout ranger. Au final, il ne resta plus que la feuille rouge et les ordres du jour posés sur mon bureau, près d'une lampe et de quelques vieilles babioles que j'avais reçu en cadeau. Des cadeaux de divers sources en fait, les plus vieux – et ceux qui m'étaient les plus chers – venaient de mon père. Il aimait beaucoup travailler le bois et me donnait toujours plein de petites choses animées par magie. Il y avait également une vieille photographie nous représentant tous les deux. Je le serrais fort contre moi et il souriait comme un adolescent alors qu'il me soulevait du sol.
Je souris un peu puis regardais les autres choses sur le bureau. Les autres cadeaux. Des clients contents que j'ai réparé leur problème de cheminée. C'est gentil, mais un peu inutile. Mais bon. Enfin, revenons à nos moutons. D'un coup de baguette, je faisais voler la feuille rouge jusque dans la poubelle et me laissais de nouveau tomber dans mon fauteuil, attrapant cette fois les feuilles que je connaissais si bien : les demandes de réparation.
Mais en fin de compte, j'allais bouger un peu. Pour une fois, j'allais aller me promener dans un endroit que j'ai toujours bien aimé. Pré-Au-Lard. Si près de Poudlard, mon école, mon havre de paix, mon sanctuaire où je pouvais fuir ma mère pendant dix mois de l'année. Ca me rendait heureux, même si je ne pourrais voir le Château que de loin, c'était déjà ça. Et puis l'ambiance du village, il était certain que ça me rappellerais de bons souvenirs. Toutes les blagues que nous avions pu faire aux autres avec les amis de Serpentard... Aaaah...
Enfin, il fallait penser au boulot quand même. Une réparation aux Trois Balais. Je sortais de mon bureau, fermais la porte derrière moi, saluant le chef de service qui passait puis retournais dans l'atrium pour sortir du Ministère. Enfin, je transplanais.

Un instant après, je me retrouvais dans une rue du village entièrement sorcier et je regardais autour de moi. L'enseigne de la Tête de Sanglier pendait dans la brise mais aucun son ne sortait du bar et Abelforth devait probablement être en train de déposer un peu de crasse sur ses verres avec un chiffon. Mais ce n'était pas là que j'allais, je me détournais donc et me dirigeais vers ma destination.
Je poussais la porte du bar et entrais, allant vers Madame Rosmerta pour lui signaler qui j'étais et forcément pourquoi j'étais là. Elle eu l'air ravie de me voir arriver, sa cheminée devait lui manquer. Enfin, je me mettais au travail au milieu des tables où de nombreux élèves de Poudlard prenaient une Bièraubeurre. Je sortis ma baguette et posais une main sur le côté de l'âtre et commençais les choses sérieuses. Apparemment cette cheminée avait été sérieusement endommagée et j'allais en avoir pour un bon moment avant de la remettre en route.
Je remontais les manches de ma chemise après avoir retiré la veste de mon costume mais les remis rapidement en place avant de me taper la tête contre la poutre que faisait le tour de la cheminée. Quel abruti. Heureusement que personne ne faisait vraiment attention à moi. Enfin, pas à mon bras gauche en tout cas.
Bref, le travail. Il allait falloir que je me concentre si je ne voulais pas me brûler ou pire, me retrouver quelque part je ne sais où... Enfin, les bricoles habituelles du réparateur de cheminées...

_________________
Regarde moi. Une dernière fois. Juste avant que. La terre tremble. Dis-toi. Que je serai. De l'autre coté. A t'attendre. M'attends pas sauve-toi. Prends la hauteur de l'altitude. Et si tu vois que mes ailes brulent. M'attends pas sauve-toi. Saisi ta chance. Dis toi. Si tu t'en sort. Que je serai pas mort. Avec regret.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://ryn90.tumblr.com

FONDA • TIGNASSE REBELLE
avatar
− IRL AGE : 25
− REGISTRED SINCE : 21/08/2011
− PARCHMENTS : 1222
− DON(S) : Oclumens niv.2
− RPG AGE : 18 ans
− QUOTE : Ne remet jamais au lendemain ce que tu peux accomplir aujourd'hui.
− CURRICULUM VITAE : Elève actuellement en cavale. Recherchée par les mangemorts.
− AUTRES COMPTE(S) : Dmitri K. Barckwith • Dante S.H. Blackwood


♣ CHARACTER : WHO ARE YOU ? ♣
♦ ORIGINS: Née moldue
♦ RELATIONSHIPS:
♦ INVENTAIRE:
Hermione J. Granger

MessageSujet: Re: Cheminée, Marque des Ténèbres et autre Bièraubeurre Dim 18 Sep - 17:42

Elle avait beau songer que cela lui ferait beaucoup de bien, Hermione n'arrivait pas à se réjouir. Elle ne ressentait pas cette euphorie habituelle, à l'approche des sorties de Pré-au-lard. Non, elle n'y parvenait pas, il n'y avait rien à faire. Elle fixait d'une mine sombre la tenue qu'elle allait mettre, sans optimisme. Elle tardait légèrement, pour ne pas enfiler son masque trop prématurément. Caressant le tissu du bout des doigts, effleurant les souvenirs que ce vieux pull représentait pour elle. Pour la première fois, elle songeait qu'elle avait hâte que ses études à Poudlard s'achèvent, elle voulait agir pour de bon, trouver des solutions. Pas attendre chaque jour de voir ce qui lui tombera dessus, croiser le regard noir de Ron, sourire faiblement à ses amis qui n'était pas assez stupide pour ignorer qu'elle faisait mine d'aller bien. Elle était une excellente menteuse, envers ceux qui mérité ses mensonges. Cette pensée la glaçait sur place. Harry ne méritait plus son honnêteté, c'était un fait, une vérité poignante et brûlante qui mordait son âme brisée en mille morceaux.

Elle se résignait enfin à enfiler ses vêtements, se débarbouillant rapidement le visage. Son reflet lui renvoyait une image terne et horrible. Elle fixa un long moment la porte de la salle de bain, veillant à ce que personne ne rentre et la surprenne. Hermione pris la trousse de maquillage peu remplie, le tout comporté des choses simples, des teintes simples, mais elle en rougissait de honte. Qu'on ne cherche pas à comprendre, agir comme une fille normal, voir superficielle, était inhabituelle pour elle. Mais elle haussa les épaules, elle colorait juste son visage trop fatigué, elle n'en était pas encore au stade de gravité de certaine. La tâche fut laborieuse, comme d'habitude. La jeune femme n'avait pas l'habitude de s'atteler à ce genre d'exercice. Quand elle estimait avoir enfin une mine correcte et visible publiquement, elle prit la direction de la grande salle pour se forcer à manger quelque chose. L'odeur était alléchante, comme toujours, mais son estomac était trop noué. Elle prenait place seul, Harry était introuvable et elle ne voulait pas le voir. Quant à Ron ... Il lui jeté des regards furtifs, désagréable. Il était accompagné de Seamus et Dean, ses deux là les fixaient, intrigués. Ils étaient assez proche pour qu'elle entende leur conversation, faisant mine de ne pas les voir en s'attaquant à ses tartines. « Vous vous êtes encore disputé ? ». Entend-t-elle Seamus demander, une pointe d'ironie dans la vois. « C'est elle qui a commencé. » Réplique Ronald, avec mauvaise fois, comme toujours. Cette simple phrase suffit à la faire bondir, elle hésite un moment entre se planter devant lui pour lui en coller une, ou partir. Les regards des professeurs à leurs table l'incite à choisir l'option la plus pacifiste. Partir. Hermione s'élance déjà vers le Prè-au-lard, un sac en bandoulière à l'épaule contenant un livre. Elle se rendait dans différentes boutiques, mais pour une fois, ne passa même pas dans celle des farces et attrapes. Celle-ci lui rappelait bien trop de souvenirs. C'est ici qu'elle s'était rendue en premier, le jour où elle avait découvert l'endroit avec Ronald. Elle ne pouvait s'empêcher de faire le rapprochement entre les deux. Elle prit donc la dernière option. Les trois-balais, ce bar était encore bondé de monde, si bien qu'elle eut toutes les peines du monde à se faufiler parmi les clients pour réclamer sa bièraubeurre.

La petite brune marchait tranquillement dans la masse, cherchant une place qu'elle fini par trouver grâce à beaucoup d'efforts. Beaucoup trop vis-à-vis de la situation. Elle attendait là, attendant que quelques amis la rejoigne, espérant pourquoi pas croiser Isobel. Elle feuilletait son livre distraitement, observant les alentours. Un homme muni d'un uniforme qui lui rappelait vaguement quelque fit son entré, elle réfléchissait vivement, se demandant où elle avait déjà vue ces tenues. Puis la barmaid lui montra la cheminée. Un régisseur ! Ce métier ne l'intéressait pas du tout, mais c'est avec curiosité qu'elle regardait l'homme, qui ne devait pas avoir plus d'une vingtaine d'années, s'activer à sa tâche. Elle retint cependant un hoquet surpris, l'homme venait de retrousser ses manches ... La marque des ténèbres ! Impossible ! Cette découverte en impliqué beaucoup d'autres. Elle ne put vérifier une nouvelle fois, le jeune homme venait de masquer son bras gauche. Confirmant un peu plus son doute. Non, elle n'avait pas rêvé. Elle devait garder son calme, faire comme si elle n'avait rien vu. Elle buvait d'une traite sa boisson, filant à travers la foule de personne. Jurant à plusieurs reprises qu'on l'appelait. De la paranoïa dût à la peur. C'était tout. L'homme, déguisé en régisseur porté la marque des ténèbres, la marque de Voldemort ! Il y avait plusieurs théories, soit il avait réussi à s'infiltrer, soit il était véritablement régisseur, tout en étant mangemort. Une couverture. Elle n'arrivait pas à se décider, aussi, se dépêchait-elle de rejoindre la sortie, le plus rapidement possible.

_________________

HERMIONE J. GRANGER ϟ « Lost in myself » LET ME OUT ❀
C'est la seule chose qu'elle parvient à faire, s'imaginer là, sur cette place vide. Ce paysage qu'elle connait si bien. Mais au final, est-ce qu'être seule dans ce vaste paysage ne va pas lui faire perdre la raison ?


Dernière édition par Hermione J. Granger le Mer 28 Sep - 18:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://rollinginthedeep-swan.tumblr.com/

MANGEMORT • Régisseur du réseau des cheminées
avatar
− IRL AGE : 27
− REGISTRED SINCE : 31/08/2011
− PARCHMENTS : 641
− DON(S) : Legilimencie Niv2
− RPG AGE : 28 ans
− CURRICULUM VITAE : Ex Serpentard, Joueur de Quidditch à ses heures perdues et Régisseur du Réseau de Cheminées — Accessoirement amoureux des voitures et d'une Sang-de-Bourbe, mais faut pas le dire...
− AUTRES COMPTE(S) : Dreylian Yggdrasil — Gamaël Burden — E. Eve Sinclair


♣ CHARACTER : WHO ARE YOU ? ♣
♦ ORIGINS: Sang-Pur
♦ RELATIONSHIPS:
♦ INVENTAIRE:
Icare G. Hadley

MessageSujet: Re: Cheminée, Marque des Ténèbres et autre Bièraubeurre Mer 21 Sep - 13:15


Ca faisait un bon moment qu'aucune cheminée ne m'avait causé un peu de soucis comme celle-là. On pourrait croire que ça m'aurait posé problème, mais en fait non, pas du tout parce que ce métier était tellement barbant à la fin que toute complication un peu inhabituelle était devenue la bienvenue. Enfin, m'arracher les cheveux sur un problème trop dur, c'était par forcément une partie de plaisir non plus mais au moins ça me permettait de sortir du train train si commun et ennuyeux qui faisait mon quotidien. Le pire, c'était bel et bien les cheminées du Ministère, qui en fait, lorsqu'elles tombaient en panne – si je puis dire – ne faisaient que s'encrasser, en quelque sorte, ou à rouiller un peu, si on veut continuer sur les métaphores, à cause du passage si nombreux de gens tous les jours. Du coup, il suffisait d'un sort ou d'une bricole pour les remettre en service et tout rentrait dans l'ordre. Les gens étaient contents, mes supérieurs aussi, je recevais mon salaire, et donc par extension, j'étais content aussi. Enfin, j'aurais quand même préféré faire autre chose de ma vie au final, mais au moins, travailler au Ministère des Transports Magiques me permettait d'emprunter ces superbes voitures plus grandes à l'intérieur qu'à l'extérieur, qui se conduisaient toutes seules par magie et qui filaient à de superbes vitesses sous le nez des moldus.
Mais bon, ce n'est pas le sujet. Cette cheminée qui me donnait du fil à retordre était donc une petite bénédiction en soi. Pas seulement parce que ça me changeait de d'habitude, mais juste parce que ça me faisait une bonne excuse pour rester un petit moment à Pré-Au-Lard, ce petit village que j'aimais tant étant élève à Poudlard, et ces souvenirs qu'il me rappelait étaient tous, pour la majorité, de bons souvenirs.

J'étais de ces Serpentard qui font les quatre cents coups, emmerdent – parce qu'il n'y a pas d'autre mot, n'est-ce pas – les élèves des autres maisons et même des fois les autres gens. Je n'étais pas encore trop méchant à l'époque. Enfin, la comparaison est facile, entre embêter et faire des farces drôles uniquement pour celui qui les fait, et tuer des gens, il y a une sacrée différence. Tous ceux qui le font pendant leur enfance ne finissent pas par devenir des meurtriers. Et tous les meurtriers ne faisaient pas de blagues dans leur jeunesse. Vous savez, les autres maisons aussi ont eu leur lot de Mangemorts et de sorciers à enfermer, comme on dit. C'est ce qu'on nous a dit quand on est rentrés à Serpentard. Moi à l'époque, je m'en fichais, Serpentard, c'était la maison de mon père, alors le reste n'avait pas d'importance. Les Mangemorts n'étaient que ces gens que mon père avait voulu défendre le jour où ma mère l'avait tué. Umph..
Je pense encore à des tas d'autres choses autres que mon travail et je vais finir par faire un truc de travers. Mais ici, les souvenirs m'assaillent. Je revois ces moments passés, au bar, avec une charmante demoiselle dont le nom ne me revient plus mais bon, ou lorsque l'on lançait des boules de neiges sur les première années, les bagarres sous la pluie à cause d'un abruti. Les heures de retenue qui en ont découlé pour être rentré à l'école tout cabossé. Enfin bref. Je crois qu'une petite pause s'impose maintenant, sinon je vais finir par faire exploser cette cheminée alors qu'il y a encore une foule pas possible ici. Surtout que ma baguette a tendance à faire des siennes en fonction de mes états d'esprit et risque de faire quelques étincelles mal-placées, pas forcément très dangereuses, mais des fois ça suffit.

C'est donc avec un soupir que je me détournais, englobant un instant la salle du regard, croisant les yeux d'une jeune sorcière brune qui devait surement étudier à Poudlard. Mais je ne fis pas plus attention que ça, même si au fond, j'avais vu quelque chose dans son regard qui me faisait me sentir bizarre, un peu.
Mais je m'avançais vers le bar pour dire à la patronne que ça allait surement durer plus longtemps que prévu et qu'il vaudrait peut être mieux que je le fasse quand il y aurait moins de clients. Juste au cas où. Je savais bien qu'en fait, ils ne risquaient pas grand chose, mais il valait mieux prévoir. Oui, je sais, je suis un tueur et je me soucis d'épargner des vies qui pourraient subir un accident. Vous savez, le problème, c'est qu'avec les accidents, les gens qui sont tués, ne sont pas toujours ceux qu'on voudrait voir mourir.
Enfin bref, je commandais également une Bièraubeurre, pour me désaltérer et tout simplement parce que j'aimais le goût. Accoudé au bar, je me tournais vers la salle pleine de monde et vis la jeune sorcière se lever, me jetant un vague coup d'oeil en se détournant vite comme si elle pouvait faire croire qu'elle ne m'avait pas vu. Et soudain je compris pourquoi croiser son regard m'avait fait me sentir bizarre. Elle réagissait comme ça parce qu'elle avait vu la Marque sur mon bras. Et elle essayait maintenant de fuir. Il y avait quelques raisons à ça : soit c'était une jeune sorcière qui avait fait le choix de se rallier à l'Ordre du Phénix – dans ce cas là, je n'allais très certainement pas la laisser vivre encore bien longtemps –, soit elle était pro-moldus ou encore même une sang de bourbe. Dans les deux derniers cas, il y aurait forcément quelqu'un pour s'occuper d'elle à un moment. Sinon ce serait moi qui le ferais si je devais retomber sur elle alors que j'étais en ''mode Mangemort''. Et puis de toute façon, je ne pouvais pas faire ça ici. Il y avait surement autant de partisans du Seigneur des Ténèbres que de ses opposants dans cette salle et il y avait bien trop de risques de faire savoir à tout le monde que Icare Garric Hadley, régisseur du Réseau de cheminées était un Mangemort. Et puis sinon, c'est juste qu'elle n'était ni dans un camp ni dans l'autre, mais que ma présence la mettait simplement mal à l'aise... Enfin, je ne sais pas moi.
Mes pensées suivaient leur fil assez rapidement en fait, alors que la jeune sorcière n'avait fait que quelques pas dans la salle, essayant de se faufiler parmi les gens et évitant de venir trop de mon côté pour rejoindre la sortie. Je posais mon verre à peine entamé sur le bois usé du bar et me décollais de celui-ci pour fendre la foule à mon tour, dans sa direction.

Je lui attrapais le bras avant qu'elle n'atteigne la sortie. Enfin, j'avais un peu fait ça sans réfléchir, un peu à l'instinct, comme je fais beaucoup de choses, et je ne savais pas trop quoi faire maintenant.
J'y allais donc encore un peu au hasard et souris un peu.

    « Vous partez déjà ? Vous venez à peine d'arriver... »


_________________
Regarde moi. Une dernière fois. Juste avant que. La terre tremble. Dis-toi. Que je serai. De l'autre coté. A t'attendre. M'attends pas sauve-toi. Prends la hauteur de l'altitude. Et si tu vois que mes ailes brulent. M'attends pas sauve-toi. Saisi ta chance. Dis toi. Si tu t'en sort. Que je serai pas mort. Avec regret.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://ryn90.tumblr.com

FONDA • TIGNASSE REBELLE
avatar
− IRL AGE : 25
− REGISTRED SINCE : 21/08/2011
− PARCHMENTS : 1222
− DON(S) : Oclumens niv.2
− RPG AGE : 18 ans
− QUOTE : Ne remet jamais au lendemain ce que tu peux accomplir aujourd'hui.
− CURRICULUM VITAE : Elève actuellement en cavale. Recherchée par les mangemorts.
− AUTRES COMPTE(S) : Dmitri K. Barckwith • Dante S.H. Blackwood


♣ CHARACTER : WHO ARE YOU ? ♣
♦ ORIGINS: Née moldue
♦ RELATIONSHIPS:
♦ INVENTAIRE:
Hermione J. Granger

MessageSujet: Re: Cheminée, Marque des Ténèbres et autre Bièraubeurre Mer 28 Sep - 18:26

Hermione passe en revue le bar, il est bondé, elle n'a pas beaucoup progressé dans cette masse et un homme faisant trois bonnes têtes de plus qu'elle lui bloque le passage, sa voix rocailleuse plus que familière résonne dans ses oreilles qui bourdonnent. « Hagrid ! » Appelle-t-elle d'une voix presque suppliante, mais le brouhaha du bar recouvre son cri, le géant ne la voit même pas, il tourne la tête dans tous les sens, un verre de whisky pur feu dans la main, les joues légèrement rouges. Elle constate avec une moue dépitée qu'il est à moitié ivre et qu'il ne lui sera d'aucune aide. « S'il vous plaît... ». Ce n'est qu'un murmure à peine audible, ses bras retombent comme une masse sur sa taille, elle hésite un moment, puis tourne discrètement la tête vers le Mangemort qui commence à la fixer. Il a deviné ! Pense-t-elle avec panique. La rouge et or prend l'air le plus naturel possible, mettant une bonne pointe d'agacement dans son regard. Elle pousse tant bien que mal les sorciers et sorcières qui se bousculent, cris, ris ou chantent. Certain la tire dans un sens ou dans l'autre, la pousse sans ménagement, elle pousse des petits cris de protestation que personne n'entend.

Tout cela lui parait durer une éternité, a tel point qu'elle en a oublié le régisseur, qui sans qu'elle ne le voit s'approche d'elle et attrape son bras. Elle lâche un nouveau couinement ridicule, tournant la tête vers l'homme. Elle essaie tant bien que mal de reprendre une moue contrarié, mélangé d'une surprise qui elle est honnête. L'homme qui se tient devant elle est un être abjecte, le fait qu'il porte la marque en ai la preuve même et, pourtant, ses joues sont de feu, il est d'un charme particulier, mais terriblement mignon. Un voile passe dans son regard, les apparences son tellement trompeuses, ses petites fossettes qui remontent sur un regard rieur, ses sourcils rehaussé par une mèche de cheveux aux reflets châtains. Sa mâchoire un peu trop carré soutiens des lèvres qu'on devine immenses quand il sourit. « Vous partez déjà ? Vous venez à peine d'arriver... » .« Je... ». Mangemort ! Mangemort, mangemort ! Ce mot clignote dans sa tête comme un signal d'alarme, aussi charmant soit-il, cet homme tient son bras, elle avait oublié se contact qui maintenant la brûle, elle le retire, un peu trop brusquement, avant de lui adresser un sourire forcé, mais convainquant. « C'est de la folie ici ! ». Elle doit jouer le jeu, peut-être ne l'avait-il pas vue ? Elle priait de toutes ses forces, car le géant qui était toujours présent ne lui serait d'aucun secours si ce type décidé de l'embarquer de force hors des trois balais.

Oui, aussi charmant soit-il, cet homme était sans doute terriblement dangereux, mais elle avait appris à ses dépends que sous-estimer un adversaire était aussi dangereux que de le surestimer, au risque d'en oublier ce dont nous sommes véritablement capables de faire. « Regardez-les ... ». Soupire-t-elle en détournant l'attention sur les clients. Elle reprenait enfin contenance, plaçant un masque parfait sur son visage, elle avait appris à mentir à merveille, surtout depuis que son meilleur ami était devenu un horrible manipulateur.

« Je ne sais pas pour vous, mais moi je voudrais vraiment m'en aller, excusez-moi.». Fit-elle avec politesse en se détournant. Mais elle vient de faire une erreur, une grave erreur, ses yeux se sont posés, encore une fois, sur le bras du Mangemort, un réflexe stupide, trop stupide, qui venait sûrement de briser tous ses efforts.

_________________

HERMIONE J. GRANGER ϟ « Lost in myself » LET ME OUT ❀
C'est la seule chose qu'elle parvient à faire, s'imaginer là, sur cette place vide. Ce paysage qu'elle connait si bien. Mais au final, est-ce qu'être seule dans ce vaste paysage ne va pas lui faire perdre la raison ?
Revenir en haut Aller en bas
http://rollinginthedeep-swan.tumblr.com/

MANGEMORT • Régisseur du réseau des cheminées
avatar
− IRL AGE : 27
− REGISTRED SINCE : 31/08/2011
− PARCHMENTS : 641
− DON(S) : Legilimencie Niv2
− RPG AGE : 28 ans
− CURRICULUM VITAE : Ex Serpentard, Joueur de Quidditch à ses heures perdues et Régisseur du Réseau de Cheminées — Accessoirement amoureux des voitures et d'une Sang-de-Bourbe, mais faut pas le dire...
− AUTRES COMPTE(S) : Dreylian Yggdrasil — Gamaël Burden — E. Eve Sinclair


♣ CHARACTER : WHO ARE YOU ? ♣
♦ ORIGINS: Sang-Pur
♦ RELATIONSHIPS:
♦ INVENTAIRE:
Icare G. Hadley

MessageSujet: Re: Cheminée, Marque des Ténèbres et autre Bièraubeurre Jeu 29 Sep - 17:05


J'attrape son bras, je sens sa peau chaude sous la manche de son pull et aussi le sursaut qu'elle a quand elle me sent l'attraper. Elle ne m'avait pas vu venir, tellement concentrée sur sa fuite à travers la foule de gens qui était là. Enfin, sa fuite, elle n'arrivait pas vraiment à avancer, et c'était ça qui avait retenu toute son attention. Dans un coin de ma tête, je cherchais toujours des raisons à sa fuite soudaine, et d'un côté, j'espérais que c'était simplement pour ne pas être vue avec un Mangemort au même endroit. Enfin, j'étais persuadé qu'il devait y en avoir d'autres, peut être pas ici, mais très certainement dans le village, incognito ou moins discrets, peu importait. Je savais que je n'étais pas seul et que d'autres de mon camp étaient là. Ils sont toujours là.
J'avais remarqué, moi aussi, ce géant – ou presque – qui était entré, mais il semblait déjà bien ivre pour pouvoir réagir avec quelque sérieux que ce soit, sans blesser des innocents autour de lui sans faire exprès. Ce cher Hagrid, qui était déjà garde-chasse à l'époque où j'étais à l'école. Je n'ai jamais trop su quoi penser à propos de lui, mais je préférais plutôt ne rien penser du tout de lui. Je savais qu'il n'était pas dans notre camp, mais après ça. Je m'en occuperais plus sérieusement un jour où je me retrouverais en face de lui dans un combat. Ou si j'avais un jour l'affirmation qu'il faisait bel et bien partie de l'Ordre. Enfin, peut être même que je me chargerais de lui sans en avoir la confirmation, après tout, si il est assez proche d'eux pour être suspecté d'en faire partie, alors il mérite de se prendre un bon sort.

Pour en revenir à cette demoiselle, on devinait qu'un petit cri s'était échappé de sa bouche en même temps que son sursaut, mais le son s'était éteint dans le brouhaha général du bar. Elle se rattrapa vite, faisant mine d'être contrariée par mon intervention, sous un voile de surprise qui, elle, ne pouvait être que sincère. Elle semble essayer de voir à travers ma peau, les formes de mon visage et mes yeux ce qui dans ma tête fait que je suis un ''méchant'' alors que ça ne se voit pas à l'extérieur. Oh, je ne pense pas qu'elle trouvera facilement ce qu'elle cherche, si c'est bien ça qu'elle cherche. Ou alors elle me trouve peut être juste à son goût, après avoir finalement regardé de plus près, et plus attentivement le visage qui va avec ce bras gauche qui la trouble tant.
Après ce moment de silence – du moins entre nous – et cet échange de regards, je lui demande pourquoi elle s'en va. C'est vrai après tout, si elle est venue, qu'elle est rentrée, qu'elle est restée, alors qu'elle avait forcément déjà vu tout ce monde, c'est que ça ne peut pas être la cause de son départ.
Elle hésite, elle retire son bras avec vigueur comme si mon contact finissait par la bruler, qu'elle se souvenait que je la touchais, que je la tenais. Puis elle sourit, comme si elle avait réagit trop promptement, ou juste pour répondre à mon propre sourire. « C'est de la folie ici ! » Oh, certes, c'était vrai, c'était de la folie, mais pour les raisons auxquelles j'ai pensé tout à l'heure, elle ne pouvait pas partir à cause de ça. Pas vraiment. Je devine qu'elle essaie de se justifier, elle jette un très rapide coup d'oeil autour, comme si elle avait peur de me quitter à nouveau des yeux.
J'enfonce mes mains dans mes poches, en continuant de sourire.
    « C'est vrai, mais c'était aussi le cas lorsque vous êtes entrée tout à l'heure »

Je n'ajoutais rien de plus, toujours souriant, ni agressif, ni rien. Je ne faisais que constater. Je me demandais si elle allait finir par se rendre compte qu'elle risquait moins en restant ici qu'en essayant de sortir. Je n'allais certainement rien tenter ici. Si elle prenait le risque de sortir, ça dépendait du monde dehors, ça dépendait dans quel camp elle était, si elle appartenait à l'Ordre ou pas, et si je décidais de faire quelque chose ou non.
Je n'avais aucun ordre de mon côté, je pouvais faire ce que je voulais. Mais il y avait des circonstances, des détails, des trucs qui feraient que je me déciderais ou pas. Mais pour l'instant, je n'avais prévu de tuer personne aujourd'hui. « Regardez-les ... » me dit-elle, je jetais un rapide coup d'oeil autour, de toute façon, elle ne risquait pas d'aller bien loin même si je ne la regardais plus. La foule n'avait pas faibli. Elle semblait vouloir dire que tous ces gens n'étaient que de vulgaires... vulgaires quoi ? Je ne sais pas. Une sous-espèce, un truc comme ça. Elle semblait sincère, avec son petit regard dédaigneux, mais au fond, elle n'était peut être qu'une bonne menteuse. C'est bien de bien savoir mentir. Et de toute façon, je me fichais bien qu'elle mente ou pas à cet instant. N'avais-je donc pas le droit de simplement faire connaissance avec une jolie fille ? Même si ça n'aboutissait à rien au final. Même si finalement je la retrouverais peut être en combat, en face ou à côté de moi, mais j'avais bien le temps d'y repenser. Dans un cas comme dans l'autre, j'aurais de nouveau l'occasion de lever ma baguette.
« Je ne sais pas pour vous, mais moi je voudrais vraiment m'en aller, excusez-moi.» Je ris légèrement, elle avait vraiment envie de me fuir, même si elle le faisait poliment. Elle se détourna, son regard s'arrêtant un instant sur ma manche gauche comme si elle ne pouvait pas s'en empêcher. Je souris à nouveau. Faisant, moi-même, mine de ne pas m'en être rendu compte.
Je sortis ma baguette d'une de mes poches et devinais un tressaillement dans le corps de la jeune brune. Mais je n'allais rien faire contre elle. Je tendis ma baguette presque blanche vers le bar et lançais un accio informulé pour récupérer ma Bièraubeurre. Je rangeais ma baguette alors que mon verre arrivait dans ma main et sourit de nouveau à la jeune sorcière, me penchant vers elle :
    « Vous savez, si c'est plutôt à cause de moi que vous voulez partir, vous risquez moins en restant ici. Au cas où vous n'auriez pas remarqué... »

Avec un nouveau sourire, je bus une bonne gorgée de ma boisson, vidant ainsi presque la moitié du verre...

_________________
Regarde moi. Une dernière fois. Juste avant que. La terre tremble. Dis-toi. Que je serai. De l'autre coté. A t'attendre. M'attends pas sauve-toi. Prends la hauteur de l'altitude. Et si tu vois que mes ailes brulent. M'attends pas sauve-toi. Saisi ta chance. Dis toi. Si tu t'en sort. Que je serai pas mort. Avec regret.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://ryn90.tumblr.com

FONDA • TIGNASSE REBELLE
avatar
− IRL AGE : 25
− REGISTRED SINCE : 21/08/2011
− PARCHMENTS : 1222
− DON(S) : Oclumens niv.2
− RPG AGE : 18 ans
− QUOTE : Ne remet jamais au lendemain ce que tu peux accomplir aujourd'hui.
− CURRICULUM VITAE : Elève actuellement en cavale. Recherchée par les mangemorts.
− AUTRES COMPTE(S) : Dmitri K. Barckwith • Dante S.H. Blackwood


♣ CHARACTER : WHO ARE YOU ? ♣
♦ ORIGINS: Née moldue
♦ RELATIONSHIPS:
♦ INVENTAIRE:
Hermione J. Granger

MessageSujet: Re: Cheminée, Marque des Ténèbres et autre Bièraubeurre Lun 10 Oct - 19:40


Si Hermione fait le compte, cette journée commençait déjà franchement très mal. Le fait que déjà la plupart de ses amis soient introuvables, qu'elle est réalisée qu'elle avait perdu la moitié d'un de ses livres, dont les pages rebelles étaient parties elle ne sait où. Un livre qu'elle savait qu'elle devrait rentre à la bibliothèque au plus vite. Pattenron qui était introuvable, un Ron ronchon qu'elle avait malgré elle, croisé pour son plus grand malheur. La bande d'ivrognes dans le bar, puis maintenant cet homme certes plein de charmes mais, aux intentions un peu sombres. Est-ce la fatigue, ou bien était-elle de plus en plus inconsciente ? Maintenant qu'elle avait croisée le regard de ce type, puis de sa marque masquée par la manche de sa veste. Elle s'en voulait à mourir, c'est une erreur qu'elle doutait d'avoir déjà commise auparavant. Quand le trio d'or ne battait pas encore de l'aile. Aurait-elle commis cette faute si Ron et Harry avaient été à ses côtés ? Cependant, le Mangemort n'insiste pas, il n'a pas l'air de lui vouloir de mal, du moins pas pour le moment. « C'est vrai, mais c'était aussi le cas lorsque vous êtes entrée tout à l'heure ». Il réplique quand elle se libère pour faire demi-tour. Elle s'arrête, tourne la tête vers lui en haussant les sourcils.

L'homme la fixe longuement, mains dans les poches, aucunes traces d'animosité sur ses traits. Elle tente tant bien que mal d'éviter le sujet, ignorant sa remarque en lui montrant la foule en furie du bar. Elle éprouve de grandes difficultés à le regarder en face, ses yeux vagabondes toujours dans la pièce mais, jamais vraiment vers lui. Puis, d'un simple geste qui malgré elle la fait frissonner de la tête aux pieds, il sort sa baguette magique de sa poche, le levant tout doucement. C'est une scène aux ralentis, comme ces films d'actions moldues ou, mieux, un sortilège. Elle reprend pourtant vite contenance quand elle l'entend formuler un sortilège pour obtenir une bière au beurre, qui danse dans les airs au rythme des cris des clients. « Vous savez, si c'est plutôt à cause de moi que vous voulez partir, vous risquez moins en restant ici. Au cas où vous n'auriez pas remarqué... ». Tandis qu'il lui murmure ses mots emplis de poisons, il aspire sa boisson avec un vilain sourire aux lèvres. Joueur, moqueur, il se complait sûrement dans cette situation.

Bien-sûr, elle y avait vaguement songé, mais pas suffisamment ça elle devait l'avouer. La panique emporte la partie sur son bon sens pour le moment, haut la main. Ses sourcils se froncent, ses pupilles tournent dans tous les sens, cherchant une issue. Elle risque de se faire tuer si elle s'échappe, s'il l'attrape. Enfin, en admettant qu'il était possible de partir de cette pièce. Elle réalise alors avec horreur qu'elle va devoir jouer le jeu de ce Mangemort. Son souffle est trop faible pour qu'il le perçoive, mais il est de glace. Avec un haussement d'épaule, elle lève une main légèrement tremblante, brandissant sa baguette vers le bar pour acquérir à son tour une bière au beurre. Peut-elle vraiment faire comme si elle ignorait qu'il était ? Sa remarque était pleine de sous-entendues. Elle ne sait pas ce qu'il attend d'elle, mais elle n'a d'autre choix que de s'installer à la table la plus proche, sirotant dans son verre. Elle sait transplaner, mais cette connaissance ne lui ait d'aucune utilité ici. Les protections de Poudlard l'empêcheront d'atteindre l'intérieur de l'école. Et après ? Pourrait-elle sortir sans avoir peur de tomber sur lui ? « Asseyez-vous, vous n'attendez que ça. ». Elle réplique d'un ton légèrement tremblant. Elle réplique d’un ton las. C'était une très mauvaise idée, mais la seule qu’elle avait pour le moment. Hagrid valse toujours dans son coin, le brouhaha de l'endroit est toujours aussi violent. Ils n'auront l'air que de deux personnes discutant tranquillement dans leur coin. « Cette cheminée vous attends. » Fait-elle remarquer. Puis l'ampoule s'allume au-dessus de son crâne, oui, pour le moment, il la tient, mais elle aussi. En fait, tous deux ont les moyens de faire marcher l'autre, sans bien-sûr avoir la parole de chacun. « C'est un boulot important, je présume ». C'est un sous-entendue, il a une couverture, il ne veut pas la briser, du moins s'il n'est pas trop idiot. Elle hausse un sourcil, attendant de voir s'il a bien compris le sens de ses propos.

_________________

HERMIONE J. GRANGER ϟ « Lost in myself » LET ME OUT ❀
C'est la seule chose qu'elle parvient à faire, s'imaginer là, sur cette place vide. Ce paysage qu'elle connait si bien. Mais au final, est-ce qu'être seule dans ce vaste paysage ne va pas lui faire perdre la raison ?
Revenir en haut Aller en bas
http://rollinginthedeep-swan.tumblr.com/

MANGEMORT • Régisseur du réseau des cheminées
avatar
− IRL AGE : 27
− REGISTRED SINCE : 31/08/2011
− PARCHMENTS : 641
− DON(S) : Legilimencie Niv2
− RPG AGE : 28 ans
− CURRICULUM VITAE : Ex Serpentard, Joueur de Quidditch à ses heures perdues et Régisseur du Réseau de Cheminées — Accessoirement amoureux des voitures et d'une Sang-de-Bourbe, mais faut pas le dire...
− AUTRES COMPTE(S) : Dreylian Yggdrasil — Gamaël Burden — E. Eve Sinclair


♣ CHARACTER : WHO ARE YOU ? ♣
♦ ORIGINS: Sang-Pur
♦ RELATIONSHIPS:
♦ INVENTAIRE:
Icare G. Hadley

MessageSujet: Re: Cheminée, Marque des Ténèbres et autre Bièraubeurre Jeu 27 Oct - 11:23


La Bièraubeurre, c'est vraiment bon en fait. Enfin, ce n'est pas comme si je n'en avais jamais bu non plus. Mais ça faisait longtemps que je n'en avais pas dégusté une ici, aux Trois Balais, et encore moins en compagnie d'une jolie et jeune sorcière. Même si celle-ci était visiblement mal à l'aise à cause de ma présence et un peu nerveuse également.
Plus le temps passe et plus je pense que si elle ne veut pas être en ma présence, c'est parce qu'elle a peur de moi – sa réaction quand j'ai sorti ma baguette était sans équivoque – et que du coup, cela signifie qu'elle est quelqu'un qui craint les Mangemorts en général. Du coup, encore une fois, ça veut dire que même si je ne m'occupe pas d'elle aujourd'hui, je devrais le faire un jour ou l'autre. Ou encore que l'un de mes collègues le fera, à un moment donné.
Je soupirais intérieurement, les lèvres toujours dans la mousse du breuvage doré. Mais pour l'instant, je pouvais juste être moi-même, en oubliant le côté Mangemort terrifiant. Non ? Juste draguer un peu, comme à l'époque de Poudlard, sans me demander de quoi sera fait demain. Ce serait une bonne idée, n'est-ce pas ? Personne n'est là pour me dire quoi faire de toute façon. Même si je laisse plus ou moins trainer mes oreilles pour avoir des nouvelles de ce qui se passe dans la région et au château. En bref, je pouvais lier habilement un peu d'amusement standard – par standard, j'entend un amusement comme des gens normaux qui ne passent pas leur temps libre à tuer d'autres individus – à un peu de travail pour le Ministère, mais également pour le Seigneur des Ténèbres, sans parler, ici de mettre fin à la vie d'une quelconque personne/chose/animal...

Je l'observe par dessus mon verre, je l'observe chercher une solution à son problème, essayant de trouver une solution et de surmonter la très probable terreur qui la hante.
Sait-elle seulement que si elle partait du bar, elle pourrait se débarrasser de moi ? Je ne pense pas que je la suivrais. Même si je peux me la couler douce ici pendant mes heures de travail, il faudrait que je trouve une bonne excuse pour quitter le bar alors que je suis sensé m'occuper de cette cheminée rebelle.
Seulement, je suppose que sa peur l'empêche de réfléchir correctement et de discerner la vérité de la simple manipulation qui devient parfois un second langage chez moi. Et puis, je crois que j'ai vraiment envie de passer un peu de temps avec elle. Même si ce serait plus agréable si elle ne cherchait pas constamment un moyen de me fuir...
Je ne cillais même pas alors qu'elle levait à son tour sa baguette pour faire s'envoler un verre de bière également. De mon côté, je savais qu'elle ne tenterait rien dans un endroit avec autant de monde. Fatalement, les gentils sont toujours trop gentils. Je la suis des yeux alors qu'elle va s'asseoir à une table toute proche et souris alors qu'elle m'invite – d'une certaine manière – à s'asseoir avec elle.
Je tire alors la chaise en face de la sienne, et m'assois tranquillement, posant mon verre sur la surface en bois vernie sur laquelle apparaissent de vieux cercles décolorés, dus aux culs trempés des milliers de verres qui se sont posés dessus.

Puis elle me reparle de la cheminée. Oh non, je ne l'ai pas oubliée cette cheminée. C'est mon travail après tout. Je souris à nouveau – juste un sourire, sans malice, ni rien de tout ça – et bu une gorgée de ma Bièraubeurre avant de lui répondre.
    « Oui je sais, mais elle ne s'envolera pas de toute manière. C'est vrai ça, je n'ai jamais eu de cas de disparition de cheminée à traiter... pourtant ça fait un moment que je bosse sur le Réseau... Enfin bref ! De toute façon, je n'ai pas fini mon verre... »

Je rêvasse un peu, ça aurait été drôle, une cheminée disparue. Mais d'un côté, je n'aurais pas vraiment de travail si une cheminée disparaissait... Soudain, elle sembla reprendre du poil de la bête et ne plus avoir si peur. Ca devenait plus agréable !
Mmmh... Un boulot important. Tant de sous-entendus dans ces quelques mots... Elle se révélait plus intelligente quand elle avait moins peur. Et aussi... plus jolie. Je souris à nouveau.
    « Oh si, c'est un boulot important ! Je travaille dans les cheminées depuis que j'ai quitté l'école. Et puis c'est génial le département des transports magiques... On y trouve tellement de chouettes trucs rapides, super coupés tout ça. Et puis ça me sert aussi à payer mon loyer... C'est tellement mieux quand on est étudiant, on a moins à se soucier... » Je soupirais un instant et bu une autre gorgée « Et puis c'est pratique, j'ai un peu les horaires que je veux. On ne m'embête pas trop non plus, quand on sait que je bosse pour le Ministère. »

Un nouveau sous-entendu sur l'importance de '' l'invasion'' des Mangemorts au Minstère... Et puis pour dire que ce métier, oui, il me tient à cœur pour plusieurs raisons, mais que ce n'est pas le temps que je passe avec elle qui va faire s'effondrer ma couverture. Vu que de toute manière, je la réparerais.

_________________
Regarde moi. Une dernière fois. Juste avant que. La terre tremble. Dis-toi. Que je serai. De l'autre coté. A t'attendre. M'attends pas sauve-toi. Prends la hauteur de l'altitude. Et si tu vois que mes ailes brulent. M'attends pas sauve-toi. Saisi ta chance. Dis toi. Si tu t'en sort. Que je serai pas mort. Avec regret.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://ryn90.tumblr.com

FONDA • TIGNASSE REBELLE
avatar
− IRL AGE : 25
− REGISTRED SINCE : 21/08/2011
− PARCHMENTS : 1222
− DON(S) : Oclumens niv.2
− RPG AGE : 18 ans
− QUOTE : Ne remet jamais au lendemain ce que tu peux accomplir aujourd'hui.
− CURRICULUM VITAE : Elève actuellement en cavale. Recherchée par les mangemorts.
− AUTRES COMPTE(S) : Dmitri K. Barckwith • Dante S.H. Blackwood


♣ CHARACTER : WHO ARE YOU ? ♣
♦ ORIGINS: Née moldue
♦ RELATIONSHIPS:
♦ INVENTAIRE:
Hermione J. Granger

MessageSujet: Re: Cheminée, Marque des Ténèbres et autre Bièraubeurre Ven 4 Nov - 15:06

Peut-être bien qu’elle va finir par se lasser de cette situation, qui sait. Prendre ses jambes à son cou, pourquoi pas ? Bien que ce comportement ne soit pas spécialement digne et, que ses précédentes tentatives ont échouées lamentablement. Mais l’idée d’être vue en présence d’un Mangemort lui fait froid dans le dos. Oui, qui sait, peut-être bien que d’autres sont présent ici et qu’elle l’ignore totalement ? Et s’ils voient qu’elle est coincée là, avec lui, et qu’ils décident de les rejoindre ? Elle sera cuite, complètement. La brune se tord sur sa chaise, mais lui fait malgré tout signe de s’assoir. Cela ne lui plait guère, mais elle ne voit pas vraiment d’autres solutions. Elle attend un long moment, sirotant tout comme lui sa bière, soulignant parfois certains détails, avec quelques remarques subtiles sur son travail. « Oui je sais, mais elle ne s'envolera pas de toute manière. C'est vrai ça, je n'ai jamais eu de cas de disparition de cheminée à traiter... pourtant ça fait un moment que je bosse sur le Réseau... Enfin bref ! De toute façon, je n'ai pas fini mon verre... ». Qu’il lui répond avec malice. Elle riposte par un sourire malin, avant de prendre à nouveau un verre, la saveur délicieuse la détend un peu. La rouge et or est un peu perturbée, l’homme en face d’elle, mis à part sa marque, n’a pas l’air d’avoir un lien avec les Mangemorts. Et pourtant, les apparences sont terriblement trompeuses.

Pourquoi le danger est-il ressenti en fixant son bras ? Pourquoi les traits de son visage sont tellement … apaisants ? Est-il possible qu’il soit l’un de ces hommes qui obéit par désire de survivre ? Hermione secoue sa crinière brune, réalisant qu’elle n’est pas seule et qu’il faut qu’elle cesse de songer à tout cela pour le moment. Le temps n’est pas aux réflexions futiles. Elle change donc de sujet, parlant de son travaille, elle évoque quelque chose de normal, pour ne pas se sentir prise au piège. « Oh si, c'est un boulot important ! Je travaille dans les cheminées depuis que j'ai quitté l'école. Et puis c'est génial le département des transports magiques... On y trouve tellement de chouettes trucs rapides, super coupés tout ça. Et puis ça me sert aussi à payer mon loyer... C'est tellement mieux quand on est étudiant, on a moins à se soucier... ». Elle acquiesce distraitement, songeant qu’elle va avoir elle aussi beaucoup de mal après ses études. Enfin, si elle vit jusque-là. « Et puis c'est pratique, j'ai un peu les horaires que je veux. On ne m'embête pas trop non plus, quand on sait que je bosse pour le Ministère. ». Cette phrase lui fait tilt, non, ce type-là est un Mangemort, rien de plus rien de moins. Inutile de trouver la moindre trace d’un homme bon, qui n’aurait tué personnes. Elle ne parvient pas à rester à l’aise, pas devant ces gens-là.

Oui, il a les horaires qu’il veut. Voldemort peut l’appeler quand il le désire, la couverture parfaite. Que peut-elle bien lui répondre ? Ce n’est pas dans ses cordes, de pouvoir blablater avec un type qui pourrait la tuer dans un coin de rue, c’est plus fort qu’elle, la situation la dépasse. Elle tente tout de même de faire bonne figure, déclarant après une énième gorgée. « Je ne pense pas que je pourrais travailler au ministère, sans vouloir vous offensez bien-sûr. ». Oui, bien joué Hermione, bravo. Utile comme réplique. « Il … fait trop sombre, et vous avez vu la température ? » S’exclame-t-elle, avant de distinguer dans un coin une silhouette qui se débattait pour les rejoindre. Son cœur rate un battement, avant qu’elle n’aperçoive Pavarti, les cheveux presque aussi hirsutes que les siens, qui se dirigeait vers elle. « Hermione ! Ron te cherche ! ». Elle devrait se réjouir, une occasion de sortir, il ne pourrait sûrement rien lui faire, il fallait qu’il continue son travail. Alors pourquoi la nouvelle lui faisait tirer une grimace ? Parce qu’il y avait le mot « Ron » dans sa phrase, un mot de trop. « Eh bien dis-lui que … ». Commence-t-elle, avant de se souvenir qu’elle veut sortir d’ici depuis maintenant presque une heure. De plus, une sortie est maintenant envisageable. « Excusez-moi, mais je dois vraiment y aller maintenant. ». Tournant les talons sans plus attendre, croisant les doigts pour qu’il lui fiche la paix. En croisant les doigts, pour que cet homme ne retienne par son nom.


_________________

HERMIONE J. GRANGER ϟ « Lost in myself » LET ME OUT ❀
C'est la seule chose qu'elle parvient à faire, s'imaginer là, sur cette place vide. Ce paysage qu'elle connait si bien. Mais au final, est-ce qu'être seule dans ce vaste paysage ne va pas lui faire perdre la raison ?
Revenir en haut Aller en bas
http://rollinginthedeep-swan.tumblr.com/

MANGEMORT • Régisseur du réseau des cheminées
avatar
− IRL AGE : 27
− REGISTRED SINCE : 31/08/2011
− PARCHMENTS : 641
− DON(S) : Legilimencie Niv2
− RPG AGE : 28 ans
− CURRICULUM VITAE : Ex Serpentard, Joueur de Quidditch à ses heures perdues et Régisseur du Réseau de Cheminées — Accessoirement amoureux des voitures et d'une Sang-de-Bourbe, mais faut pas le dire...
− AUTRES COMPTE(S) : Dreylian Yggdrasil — Gamaël Burden — E. Eve Sinclair


♣ CHARACTER : WHO ARE YOU ? ♣
♦ ORIGINS: Sang-Pur
♦ RELATIONSHIPS:
♦ INVENTAIRE:
Icare G. Hadley

MessageSujet: Re: Cheminée, Marque des Ténèbres et autre Bièraubeurre Sam 26 Nov - 10:08


Son sourire me réchauffe soudain presque autant que le breuvage doré qui coule dans ma gorge. Je sais qu'il n'est pas forcément complice, ou même peut être pas sincère, mais un sourire sur ce si beau visage ne peut que l'embellir d'avantage. Je souris pensivement. L'idée qu'elle aurait pu prendre du plaisir à ma compagnie de manière sincère et soulagée, sans l'ombre d'une méfiance si je n'avais pas été un Mangemort, ou au moins si elle n'avait pas vu ma marque, passe fugacement dans mon esprit. C'est vrai tout ça, mais le camp des "méchants" relève de beaucoup de très belles jeunes femmes aussi. Mais au fond, je suis un peu triste qu'elle ne soit pas à l'aise avec moi.
C'est vrai, actuellement, je ne suis sous aucun ordre du Seigneur des Ténèbres, je fais simplement mon travail pour le Ministère. Même si, c'est certain, je tends un peu l'oreille pour savoir ce qui se passe dans l'école, si j'entends prononcer le nom de Potter ou une quelconque autre histoire qui pourrait présenter de l'intérêt pour mon camp. En gros, je suis presque aussi inoffensif que quelqu'un de normal. Je fais mon job et j'essaie de passer du bon temps. Du bon temps autrement qu'en assouvissant la vengeance ravageuse que je mène contre l'Ordre du Phénix bien sûr. Après tout, c'est l'unique raison pour laquelle j'ai rejoins le Mage Noir. L'Ordre, par l'intermédiaire de ma mère, a tué mon Père, il y a si longtemps. Jamais je ne pourrais pardonner ça... Sinon, tuer les moldus, les Sang-de-Bourbe et les traitres à leur sang n'est que ce qui me permet de continuer à être dans les rangs de celui qui m'offre l'espace de manoeuvre suffisant pour m'attaquer à l'Ordre.
Enfin, j'espère que cette demoiselle ne fait pas partie de l'Ordre, au moins je pourrais trouver une excuse pour l'épargner si je la recroisais un autre jour. Au fond oui, il y a des gens que je ne souhaites pas tuer, même si ce sont des personnes qui ne sont pas "dignes" du monde magique d'après mon Maitre... Mais je me garde bien d'y penser en sa présence, ce serait trop dangereux pour moi. Je me garde même de l'évoquer tout court, qu'il soit là ou pas, on ne sait jamais qui nous espionne.

On finti par parler de mon travail. Elle change de sujet pour que la conversation ne tourne pas à son désir de s'enfuir alors que j'aimerais qu'elle reste. Oui, ça y est, je l'ai clairement pensé, j'aimerais bien qu'elle reste un peu. Depuis cette guerre, le retour du Lord, tout ça, il m'est presque impossible de vivre une vie normale, comme avant... Me retrouver ici, si près de Poudlard, me rappelle ces si bonnes années de ma vie où je ne posais pas de question, où j'étais loin de ma mère et que j'avais autre chose à ruminer que ma vengeance.
Elle semble se demander ce qu'elle deviendra après ses années d'études. J'aimerais bien savoir ce qui lui plairait de faire plus tard. La connaitre un peu, même si c'est pour ne plus se revoir ensuite, avoir une discussion qui ne tournerait pas autour du nombre de moldus tués ou de projets d'attaque me ferait le plus grand bien.
    « Entre nous dis-je en me penchant un peu vers elle, pas trop vite, pas trop près pour ne pas l'effrayer, en baissant un peu la voix, Je dois avouer que les voitures moldues me fascinent. Surtout celles qui vont très vite. Bon, bien sûr, c'est mieux quand elles sont un peu améliorées par magie, agrandies à l'intérieur, tout ça! »

Je lui souris franchement en me redressant un peu. Mes yeux s'étaient un peu illuminés alors que je parlais des bolides que je trouvais juste super. Bien sûr, je n'en parlais jamais à personne. Qu'un Mangemort kiffe (pardonnez le mot mais bon) à ce point un objet moldu, ça ne le fait pas. Mais là, je ne sais pas, j'avais envie de lui montrer que j'étais autre chose qu'un Mangemort, que je pouvais être un type avec qui la conversation ne pourrait pas forcément être trop tendue et désagréable...

Elle me dit qu'elle ne pourrait pas travailler au Ministère, elle. Son regard m'en dit plus sur les sous-entendus que ses mots, mais elle ajoute une dernière phrase pour que ça ne se voit pas. Je me doutais déjà bien assez qu'elle n'était pas du genre à faire ce que je faisais...
Puis une jeune fille arriva près de la table après avoir réussi à surmonter la foule de gens qui s'entassait dans le bar. « Hermione ! Ron te cherche ! »
Ainsi donc, elle s'appelle Hermione. Mais le fait qu'un garçon la cherche me fait un peu tressaillir. Est-ce son copain, ou non? Je regarde donc la jeune fille pour voir sa réaction. D'abord heureuse que quelqu'un vienne la sortir de là, elle se renfrogne à l'idée que ce "Ron" la cherche. Je souris un peu, dans mon coin.
Cependant, alors qu'elle allait renvoyer son amie dire à "Ron" je ne sais quoi de pas forcément agréable, elle se reprend et saute sur l'occasion pour pouvoir s'échapper... De mon côté, un peu triste, j'ai du mal à savoir comment la retenir sans que ça ne fasse le gars lourd ou même sans lui faire peur.
Je me lève cependant, alors qu'elle tourne les talons.
    « J'envie ce Ron, en fait... Je soupire légèrement avant d'ajouter : Même si tu ne sembles accepter de le voir uniquement pour ne pas rester avec moi. J'aurais bien aimé être à sa place. Je lève un peu mon verre dans sa direction. Mais j'ai été ravi de faire ta connaissance, et notre petite conversation, si courte fut-elle a réjouit ma journée, Hermione »

Ce nom, je ne l'oublierais pas. À n'en pas douter, il resterait gravé dans ma mémoire, là quelque part. Mais au fond de ma cervelle légèrement embrumée par la Bièraubeurre, je me dis que les noms de Hermione et Ron associés entre eux me dit quelque chose, mais que je n'arrive pas à mettre le doigt dessus...
    « Au fait, moi c'est Icare. »

Oui, je pote le nom de ce jeune homme de la mythologie qui a fait fondre ses ailes de cire en voulant s'approcher trop près du soleil et qui est mort en tombant de si haut dans la mer... Quelle ironie quand on y pense...
Je la regarde encore un moment, en finissant ma chope puis avec un nouveau soupir je pose mon verre sur la table et songe que je vais devoir reprendre le boulot.
Bizarrement, je n'ai jamais été aussi peu désireux de m'occuper d'une cheminée que ce jour-là.
    « Ca ne devrait pas arriver, les jours comme ça où on se sent presque normal et où on finit par recevoir la vérité en pleine figure à la fin »

Un nouveau soupir, puis un léger sourire, mi-triste, mi-résigné.
    « Mais c'est la vie! Il y a des choses qui ne changent pas! »

Mon sourire s'agrandit et je me reteins de remonter mes manches (pour la raison qu'on sait), ma bonne humeur légendaire revenue - étrangement vite, je vous l'accorde - cette cheminé n'allait plus me résister longtemps!

_________________
Regarde moi. Une dernière fois. Juste avant que. La terre tremble. Dis-toi. Que je serai. De l'autre coté. A t'attendre. M'attends pas sauve-toi. Prends la hauteur de l'altitude. Et si tu vois que mes ailes brulent. M'attends pas sauve-toi. Saisi ta chance. Dis toi. Si tu t'en sort. Que je serai pas mort. Avec regret.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://ryn90.tumblr.com

FONDA • TIGNASSE REBELLE
avatar
− IRL AGE : 25
− REGISTRED SINCE : 21/08/2011
− PARCHMENTS : 1222
− DON(S) : Oclumens niv.2
− RPG AGE : 18 ans
− QUOTE : Ne remet jamais au lendemain ce que tu peux accomplir aujourd'hui.
− CURRICULUM VITAE : Elève actuellement en cavale. Recherchée par les mangemorts.
− AUTRES COMPTE(S) : Dmitri K. Barckwith • Dante S.H. Blackwood


♣ CHARACTER : WHO ARE YOU ? ♣
♦ ORIGINS: Née moldue
♦ RELATIONSHIPS:
♦ INVENTAIRE:
Hermione J. Granger

MessageSujet: Re: Cheminée, Marque des Ténèbres et autre Bièraubeurre Dim 11 Déc - 20:03


Hermione a à peine tourné les talons que la voix du Mangemort résonne dans son dos, lui rappelant qu’ils sont là, tous. Présent non loin de Poudlard et que les choses sont de plus en plus compliquées. Que la magie noire prend petit à petit le dessus sur leur monde et que tous tournent en catastrophe. Cette pensée lui fait horriblement peur. Comment faire, comment faire face à un savoir qu’elle préfèrerait ne pas avoir ? « J'envie ce Ron, en fait... ». Le genre de propos étrange qui attise la curiosité de la Gryfondor et, malgré elle, elle tourne la tête vers lui en fronçant les sourcils. Intriguée par ce genre de paroles. Il ne sait pas de quoi il parle, on ne peut pas envier Ron quand on sait que ce crétin est du mauvais côté ! « Même si tu ne sembles accepter de le voir uniquement pour ne pas rester avec moi. J'aurais bien aimé être à sa place. ». Levant légèrement son verre vers elle, la brune ne voit plus le décor autour de lui qu’en floutée, ne distinguant que parfaitement le Mangemort. « Mais j'ai été ravi de faire ta connaissance, et notre petite conversation, si courte fut-elle a réjoui ma journée, Hermione ». Dos maintenant tourné à la sortie, elle reste là, plantée devant lui sans entendre sa camarade qui cri son nom dans la foule. Qu’elle étrange personnage, est-ce qu’il bluff pour la retenir ou est-il sincère ? Pourquoi a-t-elle l’impression que ses yeux brillant de tristesse ne mentent pas, pourquoi est-ce que la touche tout d’un coup ? « Au fait, moi c'est Icare. ». Il a retenu son nom, c’est plus que certain.

Elle soupire, se disant que cela n’a pas d’importance, de toute façon il l’aurait sût un jour. Le trio d’or était malheureusement connu dans le monde des serviteurs du lord noir. « Ca ne devrait pas arriver, les jours comme ça où on se sent presque normal et où on finit par recevoir la vérité en pleine figure à la fin ». Elle se retient de répliquer qu’il ne porte pas la marque pour rien et qu’il faut la mériter pour l’avoir. C'est-à-dire être un criminel suffisamment doué pour plaire à Voldemort. « Mais c'est la vie! Il y a des choses qui ne changent pas! ». Le sortilège impardonnable de l’impérium existe, mais ceux qui y sont contraint ne portent pas la marque. Non ! Cet homme est un mangemort et elle ne connait rien de lui, ne veut rien connaître de lui. Elle recule par instinct, prête à s’enfuir à toute jambe. Tiraillé par ce regard horriblement tourmenté. Elle soupire un long moment avant de se dire que, pour une fois peut-être qu’elle ne peut avoir d’explication à ce genre de choses. Tout le monde à ses démons. Alors, sans se l’expliquer Hermione attrape la barrette accrochée à ses cheveux, s’approchant de lui avec méfiance avant de la lui tendre. C’est complètement stupide mais, elle murmure en la posant dans sa main. « Pour que vous sachiez que … On peut toujours changer si on doute. Ne l’oubliez pas, pensez-y en regardant ça quand vous vous lèverez le matin. Icare. ». Un nom dont elle connait la mythologie sur le bout des doigts, un nom qu’elle n’oubliera pas si tôt. Elle tourne enfin les talons, se dirigeant vers la sortie avant de se faire incendier. Mais son esprit est bien trop loin pour qu’elle ne soit atteinte par les états d’âme de sa camarade.
.

FIN DU RP

_________________

HERMIONE J. GRANGER ϟ « Lost in myself » LET ME OUT ❀
C'est la seule chose qu'elle parvient à faire, s'imaginer là, sur cette place vide. Ce paysage qu'elle connait si bien. Mais au final, est-ce qu'être seule dans ce vaste paysage ne va pas lui faire perdre la raison ?
Revenir en haut Aller en bas
http://rollinginthedeep-swan.tumblr.com/


Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Cheminée, Marque des Ténèbres et autre Bièraubeurre

Revenir en haut Aller en bas

Cheminée, Marque des Ténèbres et autre Bièraubeurre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Jouer avec une sauvegarde d'un autre PC
» [Didactitiel] Coller précisément un objet à un autre
» [Blog] Le Messager des Ténèbres: Prologue.
» Je recherche Vampire L'âge des ténèbres
» Prêtez votre livre rfid a un autre lapin!!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HARRY POTTER : MAGIC DECADENCE ::  :: SOUVIENS -TOI ... :: » Archives Saison 1 Finis-